Le Théâtre National Populaire présente le spectacle 1983

 Le Théâtre National Populaire présente le spectacle 1983

Dans 1983, les thématiques abordent les questions des récits hérités et ceux adoptés

En 1983, vingt ans après la guerre d’Algérie, se pose la question de l’intégration des enfants dits de la deuxième génération d’immigration.

Margaux Eskenazi et Alice Carré sont de retour au Théâtre National Populaire. Dans la lignée du spectacle Et le cœur fume encore, présenté la saison précédente. Elles prolongent leur réflexion sur la construction des identités françaises et des mémoires oubliées. Des thématiques qui abordent les questions des récits hérités et ceux adoptés pour écrire le présent. Pour creuser ces interrogations, Eskenazi et Carré font cap sur une année de bascule, 1983.

En 1983, vingt ans après la guerre d’Algérie, se pose la question de l’intégration des enfants dits de la deuxième génération d’immigration. Fils et filles de harkis ou de militants et militantes du FLN, ils ont passé leur enfance ou adolescence sur le sol français.

À l’automne, débute La Marche pour l’égalité et contre le racisme. De Marseille à Paris en passant par Vénissieux, les marcheurs revendiquent leur place dans la société française, en tant qu’enfants d’immigrés. Le président socialiste François Mitterrand donnera raison à l’une de leurs revendications : la carte de séjour de dix ans. Ces enfants-marcheurs seront désormais inscrits sur le territoire français. Mais le temps de l’euphorie retombe bien vite, et l’espoir insufflé est de courte durée.  Recrudescence des crimes racistes, des violences policières, montée de l’extrême droite. Avec la ghettoïsation des populations immigrées remontent à la surface les signes manifestes de la rupture qui s’engage entre la nation et ses quartiers populaires.

Transmettre les mémoires

S’appuyant sur des recherches historiques approfondies et des enquêtes auprès des marcheurs et marcheuses et de leurs descendants, le récit dessine une poétique originale avec, à l’honneur, la musique de Rachid Taha et de son groupe Carte de Séjour.

La compagnie Nova réunit, pour sa part, les ingrédients qui font sa force et sa singularité : une troupe engagée, une écriture de plateau sur un temps long ou se déploie la quête d’un lien entre le réel et le théâtre. À la jonction de l’intime et du collectif, les artistes interrogent la notion d’engagement et abordent des questions : comment les mémoires se transmettent-elles au sein d’une famille ? Et au sein d’une société ?

Avec Armelle Abibou, Loup Balthazar, Salif Cisse, Anissa Kaki, Malek Lamraoui, Yannick Morzelle, Raphaël Naasz, Éva Rami. Le spectacle 1983, du mercredi 9 novembre au dimanche 20 novembre 2022, au Théâtre National Populaire.

>> Lire aussi :Tarab, chaabi : Naïma Huber Yahi se bat pour la reconnaissance des artistes de l’immigration

Mishka Gharbi