Algérie. Coup d’envoi des travaux de la Grande mosquée d’Alger

 Algérie. Coup d’envoi des travaux de la Grande mosquée d’Alger

Etendue sur 20 hectares


Dans moins de 4 ans, Alger aura sa grande mosquée. Le coup d’envoi pour la construction de ce gigantesque édifice religieux a été donné officiellement avec la signature hier mardi du contrat de démarrage entre l’Agence nationale de réalisation et de gestion de la mosquée d’Alger (Anagerma) et la société chinoise China State Construction Engineering Corporation (CSCEC). Le coût de ce mégaprojet est faramineux : près d’un milliard d’euros.




 


Présent à la cérémonie de signature du contrat, le ministre des Affaires religieuses Bouabdellah Ghlamellah n’a pas caché son extase de voir enfin la capitale algérienne dotée d’un monument de cette importance. Pour lui, la Grande mosquée d’Alger est « à part » puisqu’ « il n’existait pas sa pareille dans le monde pour ses volets religieux, touristiques et économiques», rapporte une dépêche AFP.


Sans détours, M. Ghlamellah a affirmé qu’avec cet édifice dont le minaret culminera à 270 m de hauteur, le président Bouteflika « veut laisser sa trace ».


Etendue sur 20 hectares, cette mosquée peut recevoir jusqu’à 120 000 fidèles. Elle est aussi dotée de plusieurs autres structures (bibliothèques, salle de conférences, musée d’art et d’histoire islamiques, centre de recherches sur l’histoire de l’Algérie, Maison du Coran, etc).


“Le projet permettra la création, durant les travaux, de 17 000 emplois, dont 10 000 Algériens, et qu’une fois achevée, cette mosquée emploiera entre 1 500 et 2 000 personnes”, s’est félicité Mohamed-Lakahder Allaoui, directeur général de l’Anagerma.


 


Un projet « électoral » ?


Reste à savoir si les délais de réalisation de cette mosquée seront respectés, surtout que tous les grands projets confiés aux Chinois ont accusé du retard. Le directeur général de la filiale de CSCEC en Algérie, Chen Wenjian, est formel : son entreprise « finira le projet dans les temps impartis avec une excellente qualité ». « Pendant notre longue présence en Algérie, nous nous sommes toujours  adaptés aux situations. C’est ce qui nous a permis de prendre ce projet », a-t-il ajouté. 


Pour rappel, le 18 octobre 2011, une cérémonie de présentation du projet et de la maquette de la Grande mosquée d’Alger (Djemaâ El Djazair) a été organisée au palais du peuple à Alger en l’honneur du président Bouteflika.


Il a fallu attendre près de six mois pour signer le contrat de démarrage des travaux. N’y aurait-il pas un lien avec les prochaines échéances électorales ? Ce n’est pas exclu surtout que les autorités algériennes sont en train de faire feu de tous bois pour s’épargner un fort taux d’abstention.


                                                                                                                         Yacine Ouchikh




 

Yacine Ouchikh