Sport – Finale Coupe de la Confédération : Le MAS défie le Club Africain

 Sport – Finale Coupe de la Confédération : Le MAS défie le Club Africain

L’expérience et le palmarès du Club Africain en font un poids lourd du continent. Photo Fethi Belaid / AFP.

Le Club Africain et le MAS Fès disputeront samedi à Tunis (18h), la première manche de la finale de la Coupe de la Confédération. Les Tunisiens partent favoris, mais les Marocains devraient défendre leurs chances avec l’état d’esprit d’un miraculé.

Tunisie-Maroc, round 2. Après la finale de la Ligue des champions entre le WAC et l’Espérance, les deux voisins maghrébins occupent à nouveau l’ultime scène de l’autre compétition continentale : la Coupe de la Confédération.

Là encore, les Tunisiens partent favoris. L’expérience et le palmarès du Club Africain en font un poids lourd du continent, multi-titré en Tunisie, et vainqueur de la Ligue des champions en 1991. Les Rouge et Blanc ont aussi atteint par deux fois la finale de la défunte Coupe des vainqueurs de coupes (1990, 1999).

Pour le MAS, cette présence à ce stade de la compétition relève de l’exploit. Il s’agit, tout simplement, de la première finale de l’histoire du club, à l’échelle africaine.

S’il a beaucoup à gagner dans cette finale – un premier titre continental – le club de Fès n’a aussi rien à perdre, car sa qualification peut être considérée comme un véritable miracle. Jusqu’à la 95e minute de la demi-finale retour disputée face à l’Interclube Luanda, les Jaune et Noir vivaient dans la peau d’un éliminé. Une incroyable frappe des 25 mètres de la fraîche recrue, Chemseddine Chtibi, changea l’histoire des Tigres.

Un Club serein

La qualification du Club Africain fut plus sereine, bien qu’étroite. Vainqueur 1-0 sur le terrain des nigérians des Sunshine Stars, les Rouge et Blanc ont parfaitement défendu leur bénéfice lors d’un retour à Tunis où aucun but ne sera inscrit. Fidèle au style patient et hermétique du football de club tunisien.

Avec l’éclatement de la révolution en Tunisie, le ballon rond fut mis entre parenthèse, et le championnat national vient tout juste de reprendre ses droits.

Pour ne pas perdre le rythme, les Rouge et Blanc, hors leurs engagements en Coupe de la Confédération où ils démontraient la permanence de leur compétitivité, ont occupé le temps en disputant des matches amicaux.

Les hommes de Faouzi Benzarti se trouvent à présent en stage pour préparer dans le calme leur finale. A l’écart des terrains pour une lésion à la cuisse gauche, Aymen Soltani ne jouera pas samedi, mais pourrait être présent au retour, qui se disputera le 4 décembre.

La malédiction du MAS

Pour sa part, le MAS vient de débarquer à Tunis après un succès notable, enregistré mardi, en demi-finale de la Coupe du Trône face au WAC, au terme de la séance de tirs aux buts.

Médiocre huitième de Botola, avec seulement deux succès au compteur, les hommes de Rachid Taoussi formeraient-ils cette saison une équipe de Coupe ? Un ensemble capable de briser la malédiction d’un club qui a atteint dix fois la finale de la Coupe du Trône, mais ne l’a emporté qu’à deux reprises ?

Samedi, le match aller se disputera devant 50 000 spectateurs au stade olympique de Radès. Une première pour le Club Africain, qui, pour des raisons de sécuritaires, a disputé l’intégralité des matches à domicile de sa campagne africaine à huis-clos.

Après les incidents qui ont émaillé le match retour entre l’Espérance et le WAC, les dirigeants du MAS ont déconseillé à leurs supporters de faire le déplacement en Tunisie.

Un rappel : l’an dernier, la finale de la Coupe de la Confédération avait déjà opposé Marocains et Tunisiens. Le FUS de Rabat l’avait emporté sur le Club sportif sfaxien.

Thomas Goubin

Thomas Goubin