OIT : en 2020, la pandémie a causé une perte de 225 millions d’emplois

 OIT : en 2020, la pandémie a causé une perte de 225 millions d’emplois

L’Organisation internationale du travail (OIT) vient de publier un rapport alarmant sur l’impact désastreux de la Covid-19 sur l’emploi à l’échelle mondiale. En 2020, la pandémie a causé une perte de 225 millions d’emplois.

Selon le rapport de l’OIT, « 8.8% des heures de travail dans le monde ont été perdus », ce qui correspond à « 4 fois plus que pendant la crise de 2009 ». 

“Une génération perdue”

L’Organisation met en lumière le risque « d’une génération perdue ». Ces pertes d’emplois historiques se traduisent par une baisse des revenus à hauteur de 8.3%, soit l’équivalent de 3.700 milliards de dollars, ou 4.4% du PIB mondial. L’analyse plus approfondie de ces chiffres par les experts de cette Organisation de l’ONU fait ressortir que « sur ces pertes d’emplois, on dénombre 81 millions de personnes qui sont en inactivité en raison soit des mesures de restrictions sanitaires liées à la Covid-19, soit qu’elles ne cherchent plus de travail ». Les femmes et les jeunes sont les plus impactés par cette pandémie tant au niveau du chômage qu’au niveau de l’inactivité ». 

>> Lire aussi : Banque mondiale : des chiffres alarmants sur la pauvreté dans le monde

Trois scénarios possibles

Trois scénarios ont été élaborés par l’OIT. Et si on se réfère au scénario de référence, celui-ci prévoit une baisse de 3% des heures de travail en 2021 sur la base d’une pandémie maîtrisée et un retour de la confiance tant au niveau des entreprises que des consommateurs. Ceci n’a pas empêché Guy Ryder, directeur général de l’OIT, d’attirer l’attention sur le scénario pessimiste où « la reprise économique serait inégale, non durable, avec de grandes disparités sociales et d’instabilités menant à de nouvelles crises ». Il a ajouté qu’un autre chemin était possible, à travers « une reprise centrée sur l’humain afin de mieux reconstruire en donnant la priorité à l’emploi, aux revenus, et à la protection sociale, au droit du travail et au dialogue social ». 

>> Lire aussi : Pauvreté : 16 propositions pour éviter une crise humanitaire

Une note positive du rapport signale une reprise des embauches au deuxième et troisième trimestre 2020 dans certains secteurs : l’information, la communication et les activités financières et d’assurances. En terme de perspectives pour l’année 2021, l’OIT annonce dans son rapport que « les dernières prévisions pour 2021 indiquent que la plupart des pays devraient connaître une croissance relativement forte dans la deuxième moitié de l’année, au fur et à mesure que les programmes de vaccination seront opérationnels ». 

>> Lire aussi : Germinal, et une pauvreté accrue par la crise sanitaire

Santé mentale

Au-delà des effets néfastes de cette crise sur la santé physique des populations avec des décès qui ont dépassé la barre de 2.1 millions de personnes, la menace à moyen terme sera son impact durable sur la santé mentale de plusieurs millions de personnes à travers le monde. 

>> Lire aussi : Covid : 20 % des personnes infectées développent des maladies mentales

Malika El Kettani