Ouïghours : Jean-Yves Le Drian évoque un “système de répression institutionnalisée”

 Ouïghours : Jean-Yves Le Drian évoque un “système de répression institutionnalisée”

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à Bruxelles, le 22 février 2021. YVES HERMAN / PISCINE / AFP

Lors d’un discours adressé à l’ONU, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a dénoncé la répression chinoise à l’encontre de cette minorité musulmane.

 

La voix de la France se fait un peu plus entendre. Après Londres, Ottawa ou encore Washington, c’est au tour de Paris de prendre position. Le ministre des Affaires étrangères français a critiqué haut et fort “les pratiques injustifiables de la Chine à l’encontre des populations ouïghoures, dans la région de Xinjiang, région située dans le Nord-Ouest du pays. Ce 24 février, Jean-Yves Le Drian a dénoncé un “système de répression institutionnalisée” devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

>> Lire aussi : « Nos âmes sont mortes » : le témoignage glaçant d’une survivante de l’enfer ouïghour

Travail forcé et stérilisation

“De la région chinoise du Xinjiang, nous parviennent des témoignages et des documents concordants, qui font état de pratiques injustifiables à l’encontre des Ouïgours, et d’un système de surveillance et de répression institutionnalisé à grande échelle”, a précisé le représentant du Quai d’Orsay, lors d’une visio-conférence.

Selon des études américaines et australiennes, au moins un million de Ouïghours ont été internés dans des camps de rééducation politique et certains ont été soumis à du travail forcé ou à des vagues de stérilisations imposées.

“Centres de formation professionnelle”

De leurs côtés, les autorités chinoises démentent ce chiffre d’un million de Ouïghours internés et continuent de faire la sourde oreille, allant même jusqu’à mettre en avant le développement socio-économique de la région de Xinjiang comme un “exemple éclatant” des progrès de la Chine en matière de droits de l’Homme.

Le gouvernement refuse de reconnaître l’existence de ces camps et préfère le terme de “centres de formation professionnelle” qui seraient des lieux permettant d’éloigner la population visée par des attentats commis par des Ouïghours.

>> Lire aussi : 

Ouïghours : la Chine ratifie un traité d’extradition avec la Turquie

Persécution des Ouïghours : Le Congrès s’interroge sur le rôle de géants de la Silicone Valley

Griezmann rompt son partenariat avec Huawei en soutien aux Ouïghours

H&M rompt ses liens avec un fournisseur chinois accusé de travail forcé des Ouïghours 

Répression des Ouïghours : les Etats-Unis sanctionnent 11 entreprises chinoises

 

Chloé Juhel