Nesrine : “Le Ramadan est une période de pause pour le corps”

 Nesrine : “Le Ramadan est une période de pause pour le corps”

crédit photo : The Turban Girl


Avec plus de 46 000 abonnés sur Facebook, Nesrine, aka “The Turban Girl”, est l’une des coachs healthy lifestyle 2.0 les plus tendances du moment. Sur sa chaîne YouTube et sur son site, cette adepte du véganisme distille les principes de sa philosophie de vie. 


Quels aliments sont pour vous la base d’un régime de vie équilibré ?


Je privilégie les légumes (surtout les verts), les fruits, les légumineuses (pois chiches, haricots, lentilles..) et les oléagineux (noix, amandes…) pour les protéines végétales. Et je m’hydrate bien. Je ne mange pas de produits animaliers pour des raisons éthiques et aussi pour les bienfaits sur ma santé (meilleure digestion, disparition de l’anémie…).


 


Comment ne pas prendre de poids pendant la période du ramadan ?


Il faut privilégier les aliments naturels, non raffinés, que l’on cuisine soi-même, pour recharger son organisme de nutriments essentiels sans parasiter la fonction “détox” du jeûne. Et être simplement à l’écoute de ses sensations de satiété. Ce mois du ramadan est une période où l’on offre une pause à son corps. Le jeûne permet de se “détoxiner” en reposant le système digestif.


 


Comment surmonter un coup de fatigue ? Comment ne pas avoir de carence en minéraux, vitamines ?


On consomme des aliments à index glycémique bas à modérés, comme les légumineuses ou les légumes. L’une de mes astuces est le smoothie à base de légumes et fruits avec une poignée d’oléagineux (par exemple : carottes, concombres, raisin et amandes) et un peu de sirop d’érable. On peut s’accorder une ­soirée festive par semaine, mais le reste du temps, on privilégie cette alimentation saine. On s’éloigne des fritures, sucreries, viandes rouges, boissons sucrées. On se couche à heure fixe. Il faudra aussi essayer de s’accorder une demi-heure à une heure de sieste, l’après-midi ou le soir en rentrant du travail.


 


Peut-on faire une activité sportive pendant cette ­période ?


Oui, mais pas de façon désordonnée. Si on est sportif, il faut tabler sur une intensité inférieure à celle pratiquée habituellement. Pour les non-sportifs, on peut faire de la marche à allure modérée. Il est quand même sage d’obtenir l’aval de son médecin. L’idéal est de faire sa séance le soir juste avant de rompre le jeûne pour s’hydrater rapidement après.


 


En quoi le jeûne assure-t-il une détoxification de l’organisme ?


Les chercheurs ont maintenant compris ce que nos ancêtres savaient déjà de manière empirique. Pendant le jeûne, le système digestif est au repos, ce qui permet au corps de focaliser son énergie pour “s’auto-guérir”, tout en permettant aux cellules d’éliminer les toxines. Grâce aux réseaux sociaux, le fasting, ce jeûne intermittent, entre progressivement dans les habitudes des Français : ceux qui le pratiquent ont très vite remarqué ses bénéfices. Ce qui est dangereux, c’est de mal jeûner. Il existe des cliniques spécialisées dans le jeûne thérapeutique. Certains médecins préconisent même le jeûne comme complément à la chimiothérapie dans le traitement du cancer.


 


La tagline de votre blog est “Reprenez le contrôle”. Qu’entendez-vous par là ?


J’ai créé mon site “The Turban Girl” dans un seul but : aider les gens à reprendre ou garder le contrôle sur toutes les sphères de leur vie. J’occupais un poste à responsabilités en marketing international dans le secteur des parfums de luxe. Et aujourd’hui, en tant que maman et entrepreneuse, je sais qu’il est très facile de perdre le contrôle sur certains aspects de sa vie : délaisser sa vie amoureuse au profit de sa vie professionnelle, ou délaisser sa carrière pour sa vie de famille… Et c’est souvent le cas lorsqu’on est une femme. Pour atteindre les objectifs qu’on s’est fixés, l’autodiscipline, le contrôle de soi et de son emploi du temps sont précieux.


 


Vous préconisez une alimentation sans gluten et l­actose. Pourquoi ?


Le blé d’aujourd’hui contient beaucoup plus de gluten que celui du début du siècle dernier. Et l’excès de gluten est à l’origine de la perméabilité intestinale, qui provoque des maladies inflammatoires et auto-immunes. L’avantage d’une alimentation sans gluten est de diversifier les sources de féculents (quinoa, riz complet…), en redécouvrant les légumineuses et les farines moins communes (pois chiches, châtaigne…). Concernant les produits laitiers, en plus de l’aspect éthique (production laitière de masse), niveau santé, ils sont aussi la cause de phénomènes inflammatoires. On a donc tout à gagner à revoir les standards alimentaires classiques et à diversifier son alimentation.


 


Vous déconseillez les aliments transformés, industriels. Comment cuisiner “maison”, s’organiser lorsqu’on est très actifs ?


Mère de trois enfants, blogueuse et entrepreneuse, je connais bien le sujet ! Donc j’élabore beaucoup de recettes basiques et rapides. La règle numéro 1 est de cuisiner en grande quantité pour toujours avoir quelque chose de sain dans le frigo. Ça libère du temps. La deuxième règle est de rester simple, surtout en semaine : des recettes prêtes en 30 minutes maximum (poêlée de légumes, buddha bowl, etc.).


 


Vous liez hygiène de vie saine avec la confiance et l’estime de soi. Sur quoi vous basez-vous ?


Des études démontrent le lien entre activité physique et bien-être psychologique. Faites le test de manger sainement en faisant du sport régulièrement : vous remarquerez un sentiment de satisfaction, car vous aurez fait le nécessaire pour prendre bien soin de vous. Pour l’estime de soi, en prenant en main votre hygiène de vie, vous vous envoyez un message très clair : je ­mérite de prendre soin de moi.


 


Que conseillez-vous pour acquérir cette estime ?


La confiance en soi est comme un muscle, elle se ­travaille continuellement. Il y a différentes manières de la forger. Par exemple, il faut toujours continuer d’apprendre, pour acquérir des compétences ou les perfectionner. Se focaliser sur ses propres objectifs sans se comparer aux autres. Etre en accord avec ses principes, s’entourer de personnes positives. Et surtout, surmonter sa peur et se jeter à l’eau. 

Astrid Krivian