Ivry-sur-Seine. La Librairie Envie de Lire est en danger

 Ivry-sur-Seine. La Librairie Envie de Lire est en danger

La libraire Envie de Lire à Ivry-sur-Seine (94) et ses 3 gérants. Photo : DR


Samiha Lafif, co-gérante de la libraire Envie de Lire à Ivry-sur-Seine (94) ne cache pas son inquiétude alors que son commerce rouvre ce lundi 11 mai, après près de deux mois de fermeture. « Nous ne savons pas si nous allons pouvoir continuer l’aventure », nous confie-t-elle. Une aventure commencée il y a 20 ans et qui risque de se terminer bientôt si ses responsables ne trouvent pas au minimum 50 000 euros. Il y a deux semaines, ils ont lancé une cagnotte en ligne. 28000 euros ont été récoltés. 


Depuis le début du confinement, la seule librairie d’Ivry-sur-Seine est à l'arrêt total. Aucune vente, aucune rentrée d'argent et des factures à payer en fin de mois.


« Le mois de mars est pour la librairie une période charnière, puisque c'est à ce moment-là que les achats du mois de décembre sont réglés. Le mois de décembre représente l'engagement des dépenses les plus importantes de l’année », rappelle Samiha Lafif. Comme beaucoup de petites entreprises, la librairie Envie de Lire manque de trésorerie. 


« Une fois passée la stupeur, l'idée de la vente par correspondance et de distribution-livraison des commandes, nous a effleurés. Mais on l’a vite écartée quand nous avons pris conscience des risques que pouvaient encourir toutes les personnes dont les métiers sont des maillons importants de la chaîne du livre, notamment les préparateurs de commandes et les chauffeurs-livreurs. De plus, une telle reprise d’activité ne nous permettrait pas de bénéficier des mesures de chômage partiel accordées aux trois salariés-coopérateurs que nous sommes », tient à préciser la libraire. 


L’équilibre financier de la librairie Envie de Lire repose sur trois axes : la vente directe à la librairie, la participation aux manifestations « hors les murs » et les commandes destinées aux collectivités.


« La réouverture à partir du 11 mai se fera dans des conditions inédites, dues au respect des mesures sanitaires et des gestes barrières. Nous ne connaîtrons donc pas une activité comparable à celle que nous connaissons d'ordinaire. Nous anticipons alors une baisse des ventes de livres dans les murs d'environ 48 000 euros », prévoit Samiha. 


En ce qui concerne l’activité « hors-les-murs », la gérante table sur une perte de 52 000 euros. De très nombreux événements culturels et initiatives militantes auxquels la librairie est associée d'ordinaire, comme les saisons théâtrales, les manifestations littéraires n’ont pas pu se tenir et celles prévues en été sont également annulées. « Ce sera la même chose pour les gros événements et salons ayant lieu à partir de la rentrée, comme la fête de l’Humanité, les Rendez-vous de l’histoire de Blois, le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil », regrette Samiha Lafif. 


« Nous prévoyons également une baisse d’environ 30% du montant des commandes institutionnelles, soit environ 45 000 euros, commandes qui sont une composante importante de notre chiffre d’affaires annuel et dont le montant va se trouver inévitablement impacté par la crise économique qui s’annonce », explique encore la gérante. 


La promesse du Président de la République, dès sa première intervention devant les Français le jeudi 12 mars au soir, de tout faire pour « éviter les faillites d'entreprises et protéger les indépendants » face à la crise sanitaire, et les mesures annoncées par la suite par le gouvernement n’ont pas suffi à rassurer  Samiha. Pour elle, c’est sûr, toutes ses aides ne seront pas suffisantes.


Maigre consolation avec les loyers de mars et avril que la librairie ne paiera pas. « Nous avons annulé les loyers des commerçants fermés pendant le confinement », confirme Philippe Bouyssou, le maire de la ville (PCF) qui est également le président de l’Office public de l’habitat (OPH). « Nos équipes étudient la demande d’Envie de Lire qui aimerait que la « gratuité » des loyers aille jusqu’à la fin de l’année. Dans tous les cas, nous ferons tout ce qui est en notre possible pour sauver cette librairie qui fait partie du patrimoine de la ville », insiste l’édile.  


Pour aider la librairie Envie de Lire : 


Soutenez Envie de lire, la plus ancienne librairie coopérative de l'hexagone ! par Librairie coopérative Envie de lire

Nadir Dendoune

Nadir Dendoune