Ouverture du Grenelle des violences conjugales

 Ouverture du Grenelle des violences conjugales

Manifestation organisée par l’organisation féministe “Nous Toutes” pour dénoncer le 100ème féminicide de l’année


Jusqu’au 25 novembre, tous les acteurs vont s’exprimer autour de la lutte contre les violences faites aux femmes. Le but : proposer des aides à ces victimes.


Marlène Schiappa promet qu’il ne s’agira pas d’un « coup d’épée dans l’eau ». La secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes a convié 80 personnes à Matignon : des associatifs, des gendarmes, policiers, des avocats et des proches de victimes de féminicides.


Le gouvernement veut faire reculer les violences faites aux femmes, dans un cadre conjugal, que l’on chiffre à 220 000 par an, aujourd’hui, en France.


Autre chiffre qui permet de mesurer l’ampleur de ce triste phénomène : selon une étude de l'institut Ifop, 12 % ont été victimes d'un ou plusieurs viols au cours de leur vie.


1 milliard nécessaire


Il y a donc urgence à agir. Depuis le début de l’année, 101 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint.


Le budget alloué à cette cause se chiffre actuellement à 79 millions d’euros. Le Haut Conseil à l’Egalité estime qu’il devrait s’élever à, au moins, 506 millions.


Du côté de certaines associations, tel le collectif Nous Toutes, il serait nécessaire de débloquer 1 milliard d’euros pour lutter efficacement contre les violences faites aux femmes. Ce collectif participera d’ailleurs finalement au Grenelle.

Chloé Juhel