Un journaliste de Brut “molesté” par un policier place de la République

 Un journaliste de Brut “molesté” par un policier place de la République

Le journaliste Rémy Buisine violemment jeté au sol par un policier lors de l’évacuation du camp de migrants Place de la République / Capture d’écran Youtube @Sputnik

Le journaliste du média “Brut”, Rémy Buisine, a été « molesté à plusieurs reprises par un policier » alors qu’il couvrait l’évacuation du camp de migrants place de la République, le lundi 23 novembre.

 

Le média en ligne Brut a rapporté, mardi 24 novembre, que son journaliste Rémy Buisine avait été « molesté à plusieurs reprises par un policier » la veille au soir, alors qu’il couvrait l’évacuation violente du camp de migrants par les forces de l’ordre place de la République, à Paris. « Nous allons demander des explications à la préfecture de police et au ministère de l’intérieur », a ajouté le média sur Twitter, spécialisé dans la production de vidéos pour les réseaux sociaux.

>> Lire aussi : Campement de migrants démantelé à Paris, une soirée de la honte

Une vidéo, diffusée sur Twitter par le journaliste Nicolas Mayart (Le Média) et vue plus d’un million de fois, montre un policier maintenant le journaliste Rémy Buisine au sol, en brandissant sa matraque. Une vidéo plus longue a également été relayée par le média Sputnik sur YouTube. Selon le journaliste de Brut, qui a commenté ces images sur Twitter et sur Instagram, c’est la « troisième fois » que le « même policier » s’en prenait à lui dans « la soirée » de lundi : « Pris à la gorge la première fois, violemment projeté la seconde fois… et ça… c’est vraiment dur ce soir », a-t-il écrit.

Mardi matin sur Europe1, Rémy Buisine a déclaré : « Ça a dérapé totalement »« Nous, en tant que journalistes, on a été entravé à de nombreuses reprises, on a reçu des coups, on a été bousculé », a-t-il souligné.

Cet incident intervient dans un climat très tendu entre les journalistes et le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, dans le cadre du controversé article 24 de la loi sur la “sécurité globale”.

Avec AFP

>> Lire aussi : 

Loi de sécurité globale : inacceptable selon la Défenseure des droits

« Sécurité globale » : déjà des atteintes à la liberté d’informer

Loi de « sécurité globale » : avis défavorable de l’ONU

Les voix se multiplient contre la loi de « sécurité globale »

Malika El Kettani