A Berlin, #Paintback contre les croix gammées

 A Berlin, #Paintback contre les croix gammées

#PaintBack – Berlin


Les graffeurs volent au secours des murs de la capitale allemande qui sont recouverts de symboles nazis. Depuis 2015, la haine contre les migrants se manifeste de plus en plus à Berlin.


On aurait pu croire qu’il s’agissait d’inscriptions datant de la Seconde Guerre mondiale. Au lieu de ça, il s’agit de tags nazis bien contemporains, et en plein cœur de la capitale allemande. Pour les éliminer, un collectif de graffeurs berlinois a choisi de les détourner, les « toyer », comme on dit dans le jargon, pour enlever purement et simplement leur caractère nazi.


Haine raciale en hausse


La recrudescence de ces croix gammées correspond à l’annonce de la chancelière allemande, Angela Merkel, d’accueillir des migrants dans le pays. Selon les chiffres officiels, en 2016 il y a eu une hausse de 7% des agressions à motivations politiques, dont des actes de haine raciale.


Lapin qui tire la langue


Derrière l’équipe de l’atelier #Paintback, il y a des graffeurs professionnels mais également des enfants qui planchent régulièrement pour trouver comment détourner une croix gammée… en moustique, en lapin qui tire la langue ou encore en Rubik’s cube.


Depuis 2016, une vingtaine de « swastikas » ont ainsi pu être détournées. Et le plus joli dans cette démarche, c’est qu’elle n’est pas illégale puisque le collectif demande toujours l’autorisation des propriétaires des murs.


Un aval indispensable puisque la loi allemande punit tout autant l’auteur des croix gammées que ceux de leur détournement.


Chloé Juhel

Chloe Juhel

Chloe Juhel