Canal+ censure une émission où Assa Traoré est présentée comme une “figure féministe inspirante”

 Canal+ censure une émission où Assa Traoré est présentée comme une “figure féministe inspirante”

Sur sa page Facebook, la  journaliste française Claire Diao, 34 ans, ne décolère pas. Selon elle, l’émission qu’elle anime depuis 2019, aurait été interrompue par le directeur des programmes de Canal Plus Afrique ce 23 juin, parce qu’une intervenante aurait présenté Assa Traoré comme une “figure féministe inspirante”.

 

“Le tournage de notre émission Ciné Le Mag a été interrompue par le directeur des programmes parce qu’une invitée Annabelle Lengronne venait de citer le nom d’Assa Traoré comme figure féminine inspirante”, dénonce Claire Diao.

Tout commence le 23 juin dernier. Comme chaque semaine, Claire Diao et son équipe enregistrent leur émission.

Ciné Le Mag, qui n’est pas en direct, est diffusé chaque samedi à 19.45 sur Canal Plus Afrique.

“L’émission a été diffusée le 11 juillet et l’intervention d’Annabelle Lengronne a été supprimée au montage”, explique encore Claire Diao.

Une censure qui passe mal au sein de l’équipe de Ciné Mag qui fait part alors de leur mécontentement auprès de leur direction. En vain. Après 82 épisodes “suite à la pression puis à la menace d’éviction de notre équipe par la production suivis par plusieurs pourparlers avec la direction de Canal + Afrique”, Claire Diao et son équipe décident alors de démissionner.

“Une bien mauvaise nouvelle pour la liberté d’expression et la mise en valeur des cinémas d’Afrique”, a réagi sur sa page Facebook le Festival Lumières d’Afrique.

Plus remontée, la réalisatrice franco-marocaine Simone Bitton.

“Canal+ Afrique, la honte ! Claire Diao est une figure incontournable de la jeune critique, distribution et programmation du cinéma africain et (pour faire court) cinéma de la diversité”, a protesté désabusée Simone Bitton. “Elle abat un boulot incroyable depuis plusieurs années. Assa Traoré fait la couverture du magazine du Monde et les gros titres de toute la presse”, a-t-elle continué. “Mais sans doute faut-il être blanc pour parler des noirs, et surtout il ne faut pas ériger en modèle une femme noire qui lutte et qui fédère déjà, c’est ça ?”, a conclu Simone Bitton.

Contactée, la direction de Canal Plus Afrique n’a pour l’instant pas donné suite à nos demandes d’interview.

>>Lire aussi : Mourad Zeghidi, l’Italien de Canal +

Nadir Dendoune