Carlos Ghosn : première apparition en public au Liban depuis des mois

 Carlos Ghosn : première apparition en public au Liban depuis des mois

Carlos Ghosn (Photo by Ludovic MARIN / AFP)

L’ancien PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, a présenté ce mardi matin au nord de Beyrouth, un partenariat avec une université de Beyrouth pour monter des programmes de formation.

Installé au Liban depuis son évasion du Japon, Carlos Ghosn a donné une conférence ce mardi matin à l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK), au nord de Beyrouth, pour dévoiler un partenariat avec l’université locale afin de monter des programmes de formation.

“Servir le pays et la société”

Carlos Ghosn a évoqué trois programmes de formation qui seront montés en collaboration avec l’USEK. Le premier, se voulant comme « le meilleur du Liban mais aussi dans la région », est destiné aux cadres d’entreprises. Le deuxième concerne un centre de formation sur les nouvelles technologies, et le troisième apportera un soutien aux start-up et aux entrepreneurs. Les participants bénéficieront notamment d’une session de conseil en tête à tête avec lui, et recevront à la fin du cursus un certificat signé par l’homme d’affaires et l’université USEK.

«Nous voulons prouver (…) que nous sommes de formidables entrepreneurs, particulièrement à ce moment où le pays en a vraiment besoin», a expliqué Carlos Ghosn. Un des objectifs est de «servir le pays et la société», a-t-il dit. Rappelons que le contexte économique au Liban est catastrophique. Durant le mois de , la livre libanaise a perdu 60 % de sa valeur, tandis que 45 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, et 35 % de la population active est au chômage.

>> Lire aussi : “Paris-Beyrouth, 24h pour le Liban”, un événement très émouvant à l’IMA

“Le sujet, c’est l’USEK”

L’ancien PDG de Renault-Nissan a refusé de répondre aux questions en lien avec ses déboires judiciaires : « Je ne vais pas dévier cette conférence de son sujet et son sujet c’est l’USEK », a-t-il répété. La dernière fois que Carlos Ghosn était apparu en public, c’était en janvier, lors d’une conférence de presse au cours de laquelle il a dénoncé “un coup monté” autour des accusations de malversations financières qui lui étaient faites. Après avoir fui le Japon où il a passé 130 jours en détention, le franco-libano-brésilien réside aujourd’hui au Liban.

Malika El Kettani