Emel Mathlouthi, la voix de la révolution tunisienne

 Emel Mathlouthi, la voix de la révolution tunisienne

Du milieu de la foule, Emel Mathlouthi se lève et chante sans micro, a capella, « Kelmti Horra »

Il y a dix ans, le monde entier découvrait la voix et le visage de la jeune tunisienne à l’Avenue Bourguiba. Emel Mathloulthi est devenue l’égérie chantante d’une révolution.

Du milieu de la foule, une jeune fille au manteau rouge se lève et chante, sans micro, a capella, «Kelmti Horra», « Ma parole est libre ». Une mélodie devenue l’hymne de la révolution tunisienne. Un moment musical et touchant et des paroles fortes relayées dans le monde entier. “Ma parole est libre” avait cumulé alors des millions de vues sur les réseaux sociaux. Par cette séquence historique, Emel Mathlouthi est devenue l’égérie de la révolution tunisienne.

En revoyant ce souvenir, Emel avoue qu’elle ne s’attendait pas à ce que sa chanson touche les cœurs et émeuve tant de gens. Dix ans après, l’émotion est intacte. «Cela restera un moment d’espoir pour les Tunisiens». Elle est fière d’y avoir contribué.

Album #TheTunisDiaries composé et sorti pendant que le monde est confiné

Hymne indémodable. Quatre ans après, Emel Mathlouthi chante « Kelmti Horra » à Oslo en 2015. Lors du concert pour le prix Nobel de la paix, remis au Quartet du Dialogue National tunisien.

Depuis, la cantatrice a fait son chemin. De Tunis à New York en passant par Paris, elle fait des pauses musicales.  Auteure, compositrice, interprète et productrice de musique tunisienne, elle participe à plusieurs projets. L’artiste donne des concerts à travers le monde.

>> Lire aussi : Nadia Khiari célèbre dix ans de révolution avec son personnage Willis

A l’occasion d’un anniversaire au goût amer, l’élan libérateur n’est plus qu’un lointain souvenir. Frappés de plein fouet par une grave crise économique et une instabilité politique, les Tunisiens sont en colère et le font savoir. L’artiste, elle, tout en reconnaissant la légitimité de cette déception, “ne cédera jamais à la nostalgie du passé”.

Emel Mathlouhti multiplie avec succès les projets musicaux. A l’instar de l’Album #TheTunisDiaries, composé et sorti pendant que le monde est confiné. L’artiste participe, le 12 janvier dernier, au premier festival virtuel en partenariat avec #tinydesk. On peut dire que la révolution a porté bonheur à cette militante pour la liberté, à la voix mélodieuse qui touche et qui résonne.

 

Mishka Gharbi