Climat : 19 organisations seront reçues à Matignon

 Climat : 19 organisations seront reçues à Matignon

Réélu au Havre, Edouard Philippe va devoir choisir


Des organisations, notamment environnementales, seront reçues demain (27 août) par le Premier ministre pour discuter d'urgences sociale et écologique.


Urgences


Dans un climat de contestations sociales (Urgentistes, gilets jaunes…), mais également écologique (manifestations pour le climat), le gouvernement a peiné à finir sereinement sa deuxième année au pouvoir. Il semblerait que pour cette rentrée, le gouvernement soit prêt à écouter des acteurs de terrain.


Le 17 juin dernier, 19 organisations à l’initiative du Pacte du pouvoir de vivre, dont la Fondation Abbé Pierre et la Fondation Nicolas Hulot, appelaient le gouvernement à plus les inclure dans la politique publique afin de mieux « engager la transition écologique » et « d’éradiquer la grande pauvreté ». A leur demande, ces organisations seront reçues par le Premier ministre, Edouard Philippe, ce mardi 27 août.


Pacte du pouvoir de vivre


En mars dernier, 19 organisations environnementales, de solidarité et d’éducation, mutuelles et syndicats présentaient 66 propositions pour répondre à l’urgence sociale et écologique de notre pays : le Pacte du pouvoir de vivre.


Quelques jours après le discours de Politique générale prononcé par Edouard Philippe, ces organisations ont loué l'intention du gouvernement de faire de l’environnement et de la justice sociale, des priorités. Mais ces dernières avaient également ciblé huit mesures d'urgence, tirées des 66 propositions, qui devraient être mises en place dès cette rentrée.


Mesures


Parmi les huit mesures d'urgence mises en avant par les organisations ayant signé le Pacte du pouvoir de vivre : « Revaloriser les minima sociaux et les faire évoluer au même rythme que les revenus du travail ». Et ceci en soulignant le fait que la France, sixième puissance économique mondiale, compte « près de 9 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ».


Outre la justice sociale, la politique d'accueil des migrants est également ciblée : « Permettre aux migrants qui se trouvent en France d’y déposer leur demande d’asile ». Si le règlement Dublin est directement visé, il n'en reste pas moins que dans l'Hexagone, faire une demande d'asile, lorsque l'on est migrant, relève du parcours du combattant.


Nul ne peut savoir ce qu'il ressortira de cet entretien entre le Premier ministre et les organisations qui seront présentes demain. Cependant, cet entrevue est un signe pouvant faire espérer que le gouvernement respecte ses intentions de mettre l'accent sur l’environnement et de la justice sociale.

Charly Celinain

Charly Celinain