George Floyd : Des policiers se désolidarisent de leurs collègues

 George Floyd : Des policiers se désolidarisent de leurs collègues

Après le meurtre de George Floyd aux Etats-Unis, lundi 25 mai, lors de son interpellation filmée à Minneapolis, des policiers américains se sont désolidarisés de leurs collègues mis en cause dans cette affaire. Une chose impensable en France. 

George Floyd est mort face contre terre, le cou écrasé sous le genou d’un policier blanc. La police le soupçonnait d’avoir utilisé un faux billet de 20 dollars pour acheter des cigarettes, après que l’employé d’une épicerie eut appelé le numéro d’urgence, le 911.

Plusieurs vidéos ont été publiées sur Internet où de nombreux policiers, l’immense majorité sont des anonymes, se filment. Il y a des policiers blancs, noirs, des hommes, des femmes…

Sur twitter, des chefs de la police se sont également exprimés pour montrer leur désapprobation.

« Nul besoin de voir davantage de vidéo. Nul besoin d’avoir les conclusions de l’enquête. Parce que nul besoin de mettre un genou sur le cou de quelqu’un pendant neuf minutes », a tweeté David Roddy, le chef de la police à Chattanooga dans le Tennessee, ajoutant : « Il y a une chose à faire : si tu portes un badge de policier et que ce genre de méthode ne te pose pas de problème, alors tu n’as qu’à le rendre ».

Sur Facebook, le shérif de Polk County dans l’Etat de Géorgie, Johnny Moats,  s’est dit « profondément choqué par la vidéo où on voit Mr Floyd se faire assassiner en pleine rue sous les yeux d’autres officiers qui laissent faire ». « Je tiens à vous assurer que tant que je serai shérif, aucun de mes assistants traiteront qui que ce soit de cette manière. Ces méthodes sont inacceptables et elles doivent cesser. Tous les policiers responsables de ce meurtre doivent être arrêtés et poursuivis devant la justice immédiatement. Mes prières vont pour la famille ».

« Ce n’est pas parce que je n’étais pas sur place que je ne peux pas dénoncer. Je serais le premier à condamner si la même chose arrivait à un policier », a réagi de son côté sur Twitter,  Eddie Garcia, en charge de la police à San Diego, en Californie. « Ce qui s’est passé avec George Floyd ne correspond pas à notre mission. Les mauvaises actions d’une personne ont de l’impact sur toutes les autres », a conclu, dépité, Eddie Garcia.

>>Lire aussi : Etats-Unis : Deux visions de la « Démocratie en Amérique », de Tocqueville à Trump

 

Nadir Dendoune

Nadir Dendoune