Tourisme au Maroc : Les opérateurs exigent plus de visibilité

 Tourisme au Maroc : Les opérateurs exigent plus de visibilité

RABAT

La Confédération nationale du tourisme au Maroc alerte, ce matin, sur l’état d’incertitude dans lequel se trouve le secteur. En effet, depuis le début de la pandémie, les hôteliers, agences de voyages, restaurateurs, transporteurs, loueurs de voitures et guides sont livrés à leur sort sans aucune visibilité quant à une reprise de leurs activités.

Conscients de la situation, les professionnels du tourisme marocains n’ont pas lésiné à s’engager dans une démarche solidaire et responsable d’abord dans le rapatriement des touristes vers leurs pays respectifs, puis dans l’assistance de ceux qui n’ont pu embarquer dans les temps impartis et enfin dans la gestion des annulations et reports de voyages prévus pour le printemps 2020.

Mais à la veille d’un déconfinement prévu pour le 10 juin prochain, il n’y a toujours pas de visibilité pour ce secteur clé de la balance des paiements, pourvoyeur de devises (80MM DHS), générateur d’emplois directs et indirects et prescripteur de biens et de services à d’autres secteurs productifs du royaume.

Aujourd’hui pourtant, la majorité des pays dans le monde se sont empressés de redonner du tonus et de la vigueur à leur économie touristique, en mettant en place de véritables « plans Marshall» qui vont de l’annulation pure et simple de certaines contraintes fiscales et bancaires, à l’injection de budgets conséquents pour stimuler la demande et enrichir l’offre.

>>Lire aussi : Pour les Marocains, les vacances, ce sera au Maroc

Mais au Maroc, rien. Aussi la Confédération nationale du tourisme s’insurge : « A l’heure actuelle et en prévision d’une reprise que nous appelons de tous nos vœux, nous avons besoin de visibilité quant à la levée des restrictions liées à l’accessibilité de notre destination et à la mobilité à l’intérieur du royaume. »

Une situation d’autant plus urgente que toutes les destinations touristiques concurrentes sont à pied d’œuvre pour la reprise de leur activité en communiquant d’abord sur l’ouverture de leurs frontières et la réouverture des établissements et lieux touristiques.

Ce qui fait dire aux responsables de la Confédération que « les décisions de programmations de destinations doivent reprendre maintenant, que le Maroc a eu une maitrise exceptionnelle de la pandémie, et qu’il faut être également exceptionnel dans la reprise et la relance de notre tourisme. »

>>Lire aussi :Relance du tourisme : nouveau spot promotionnel de l’ONTT 

Ahlam Jebbar

Ahlam Jebbar