Des-Airs, mélange de styles pour un groupe prônant la diversité

 Des-Airs, mélange de styles pour un groupe prônant la diversité

Des-Airs en concert le samedi 29 avril


Membre de l'Orchestre National de Barbès, Taoufik Mimouni a réuni tout un collectif de musiciens pour créer un nouveau groupe : Des-Airs. Fidèle à l'esprit de l'ONB, le mélange est au cœur de ce nouveau projet avec des influences de l’Afrique du nord, de l’Afrique de l’Ouest, des musiciens issus du jazz, du rock ou encore des musiques urbaines (électro, RnB, Slam, …). Avant un concert caritatif qui aura lieu au PMO d’Épinay-sur-Seine le 29 avril, Taoufik Mimouni nous en dit un peu plus sur ce nouveau projet.



A gauche : Taoufik Mimouni. Crédit photo : Impression d'écran


 


LCDL : Comment est née l'idée de ce groupe ?


Taoufik Mimouni : Ca fait des années que je compose, j'ai pu proposer certains titres à des amis, notamment de l'ONB puisque j'en suis membre depuis sa création jusqu'à aujourd'hui. J'ai profité des titres qui dormaient dans mes tiroirs depuis quelques années donc pour monter ce projet. Pour monter un groupe, il faut un répertoire et je l'avais plus ou moins. Celui qui m'a donné un gros coup de main c'est Jawad, le mâalam gnaoui, un vrai gnaoui de père en fils. Son frère est également avec nous.


Ils apportent la partie traditionnelle des Gnawas, et moi, avec les autres musiciens, nous le revisitons, le remettons au goût du jour. Ce sont les seules reprises qui sont intégrées à notre répertoire. Sinon ce sont des compositions que j'ai faites. Certaines sont plus récentes que d'autres. Avec ce projet, je me suis remis à l'écriture, à la composition etc. Certains de mes amis ont cru que j'abandonnais l'ONB mais non, on peut faire l'un et l'autre.   


Comment on été choisis les musiciens, aux styles très variés, qui vous accompagnent sur ce projet ?


Je me suis entouré d'une équipe de musiciens que j'ai connus lors de mon parcours. Et je voudrais aussi souligner la présence d'Anas, un jeune musicien de 25 ans. J'ai eu la chance de le croiser à Marrakech et je suis très content de le compter dans nos rangs. C'est aussi un compositeur, donc


il peut nous aider. Il joue du piano, il est multi-instrumentiste, il a accompagné les plus grandes stars du Maroc (…) Il y a aussi Ndiene qui est un super chanteur sénégalais et percussionniste. Il chante le mbalax, c'est quelqu'un qui apporte une autre facette au travail du groupe.


Cette ouverture, je l'ai prise du côté de mon expérience avec l'ONB. Vous savez, il y a des chanteurs de Rock, du classique, du reggae… Dans l'ONB, depuis 1995, nous avons toujours fait de la musique que nous aimons. Nous ne nous sommes jamais dits : « ça c'est salsa, c'est loin de ce que nous faisons ». Nous ne nous sommes jamais rien interdit. C'est ce que j'aimerais garder pour ce nouveau groupe qui s'appelle Des-Airs. Nous aimerions que les gens, à notre image, même ceux qui ne sont pas musiciens, s'inspirent de cela pour comprendre que dans la diversité, on y gagne forcément. Il ne faut pas fuir l'autre parce qu'il est différent.


Comment s'est organisé votre premier concert, qui sera, de plus, un concert caritatif ?


Dans la ville où j'habite (Épinay-sur-Seine), j'ai appris qu'ils préparaient un studio d'enregistrement. Je voulais enregistrer des choses pour moi donc je suis allé voir le responsable pour demander les tarifs. Ils m'ont dit de voir avec la mairie, si je pouvais avoir des prix avantageux selon le nombre de séances. Ils m'ont dit aussi que si je proposais un concert gratuit, ils pourraient faire du donnant-donnant. C'est donc le concert du 29 avril qui aura lieu au Pôle Musical Orgemont (PMO).


J'ai vu le directeur du lieu qui a trouvé l'idée géniale, mais m'a dit qu'il ne pouvait pas signer avec moi en tant que personne. C'est là qu'est arrivée l'idée du concert de solidarité avec une association. J'ai immédiatement pensé à l'association AHTD (association hammam tahtani pour le développement). C'est une association qui œuvre pour le développement du tissu économique, l'action sociale et l'aide aux personnes nécessiteuses de la ville de Figuig (Maroc). C'est un no man's land et malheureusement, il y a très peu d'opportunités de travail pour les gens qui restent encore là-bas. J'ai décidé d'introduire cette association, ce qui nous a permis également de signer la convention avec la Mairie. Nous avons pensé à faire des entrée à 10€ au bénéfice de l'association (…) En plus d'être une soirée à caractère caritatif, c'est une soirée qui sera familiale, mettant en avant le vivre-ensemble. Il y aura beaucoup de surprises, beaucoup d'amis musiciens et chanteurs que j'ai invités et qui seront là. 


Le groupe Des-Airs a-t-il vocation à durer ou est-ce le groupe d'un seul projet ?


Si le succès nous sourit, nous n'allons pas nous arrêter en si bon chemin. Mais même si ça n'a pas un succès phénoménal, pour moi, c'est un rêve de gosse. Depuis tout petit, je rêvais de monter mon groupe et là, quelques décennies plus tard, j'y arrive. Comme dans tous les beaux rêves, on n'a pas envie que ça se termine.


Propos recueillis par CH. Célinain


Des-Airs en concert le samedi 29 avril, à 20h. Au Pôle Musicale d'Orgemont (PMO), 1 rue de la Tête SaintMédard, 93800 Épinay-sur-Seine



 

Charly Celinain

Charly Celinain