« Tweetomania » La bourde de Macron

 « Tweetomania » La bourde de Macron

Emmanuel Macron


Macron serait-il irrémédiablement atteint de « Trumpite » aiguë ? Cette maladie rare qui fait qu’un chef d’Etat tweete plus vite que son ombre, courant le risque de débiter, en un temps record, les bêtises les plus improbables. 


Sinon comment interpréter la bourde du président français s’adressant à ses compatriotes bloqués à Marrakech après que le royaume a décidé de suspendre les vols entre le Maroc et l’Hexagone.


Le tweet destiné à ses ressortissants est resté en travers de la gorge de nombreux Marocains qui ont vu dans ce ton condescendant un travers d’arrogance néocolonialiste: « De nouveaux vols sont en cours d’organisation pour vous permettre de regagner la France. Je demande aux autorités marocaines de veiller à ce que tout le nécessaire soit fait au plus vite ».


Et c’est cette deuxième phrase du tweet présidentiel qui a provoqué la colère des internautes qui ne se sont pas privés de relever que « Macron se croit à l’époque du protectorat, celle de Lyautey ? », quand un autre tweetoman déplore un « langage politique d’une grande agressivité envers les autorités d’un pays souverain !».


Très présent sur les réseaux sociaux comme l’est son idole, le président américain, le premier responsable français semble oublier que l’opinion l’attend au tournant. En optant pour la communication sur Facebook et tweeter, Jupiter, comme le surnomme la presse française, mime Trump qui communique, sans retenue aucune et donne l’impression désagréable de naviguer à vue.


Sinon comment expliquer que Macron fasse autant de bourdes avec une style de communication, centré sur sa personne dans l’effervescence un peu chaotique des réseaux sociaux.


En temps normal, on peut comprendre la démarche du chef d’Etat qui veut rester présent sur les réseaux sociaux pour ne pas perdre le lien avec les électeurs, avec les jeunes, mais un président qui use à satiété des codes anglo-saxons de la communication n’hésitant pas à mettre en scène sa vie publique, mais aussi des séquences de sa vie privée avec force photos officielles usant sans vergogne de son jeune âge, sait-il au moins que les populations auxquelles il s’adresse n’ont rien à voir avec la société américaine ?


On a pourtant souvent présenté Emmanuel Macron comme le président qui maîtrise le mieux sa stratégie d’intervention médiatique. Contrairement à François Hollande qui ignorait superbement les médias, ou à Nicolas Sarkozy qui entretenait des relations incestueuses avec les supports traditionnels.


A l'international, l’exemple marocain est là pour le prouver, le capital sympathie du président s’érode et dans une société marquée par la politique du tweet, Macron doit désormais comprendre que la gestion superficielle de l'information, l’usage immodéré de la langue de bois, le mélange des genres entre l'information, l'influence et les fake news passent mal sur les réseaux sociaux.

Abdelatif Elazizi

Abdelatif Elazizi