Jérusalem : plus de 180 blessés dans les heurts sur l’Esplanade des Mosquées

 Jérusalem : plus de 180 blessés dans les heurts sur l’Esplanade des Mosquées

Affrontement entre les forces de sécurité israéliennes et des manifestants palestiniens dans l’enceinte de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem, le 7 mai 2021. Ahmad GHARABLI / AFP

Bouteilles et pierres contre grenades et balles en caoutchouc : des heurts entre Palestiniens et policiers israéliens survenus sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem ont fait 180 blessés côté palestinien ce vendredi (7 mai).

 

C’est un projet de colonisation qui a mis le feu aux poudres. En pleine dernière grande prière avant la fin du ramadan, des dizaines de milliers de fidèles s’étaient rassemblés sur l’esplanade des mosquées. En fin de journée, quand la majorité quittait les lieux, d’autres restaient sur place afin de protester contre la menace d’expulsion par la police israélienne de plusieurs familles du quartier arabe voisin de Cheikh Jarrah, au profit de colons juifs.

Le Croissant-Rouge palestinien a fait état de 178 manifestants blessés, dont plus de 80 ont dû être transportés à l’hôpital, tandis que la police israélienne a compté six blessés dans ses rangs.

L’Esplanade des Mosquées, appelée Mont du Temple par les juifs, est un lieu ultra-sensible surplombant la vieille ville de Jérusalem. Située dans le secteur oriental, palestinien, occupé et annexé illégalement par Israël depuis 1967, elle est le troisième lieu saint de l’islam après la Grande Mosquée de La Mecque et la mosquée du Prophète de Médine, en Arabie saoudite.

>> Lire aussi : Human Rights Watch accuse Israël de “crime d’apartheid”

Les règles tacites du statu quo hérité du conflit de 1967 autorisent les musulmans à monter à toute heure du jour et de la nuit sur l’esplanade et les juifs à y pénétrer à certaines heures mais sans y prier.

“Nous tenons Israël pour responsable des dangereux développements dans la Vieille Ville”, a déclaré le président palestinien Mahmoud Abbas, qualifiant les Palestiniens rassemblés sur l’esplanade de “peuple héroïque”.

La Jordanie, gardienne des lieux saints musulmans à Jérusalem-Est, a dénoncé une “agression sauvage” de la part des forces de sécurité israéliennes.

Les manifestations de ce vendredi sont les plus violentes à Jérusalem depuis les heurts ayant fait 125 blessés fin avril, mais aussi depuis des échauffourées liées au transfert en 2018 de l’ambassade des Etats-Unis dans la ville disputée, voire à celles de l’été 2017 liées à la mise en place par Israël de détecteurs de métaux à l’entrée de l’Esplanade des mosquées.

Alliés clé d’Israël, les Etats-Unis ont appelé vendredi à la “désescalade” des tensions et à “éviter” l’éviction de familles palestiniennes.

>> Lire aussi : “La France est le seul pays à criminaliser les appels au boycott d’Israël”, Olivia Zémor, convoquée au tribunal

 

Nadir Dendoune