L’Afghanistan va-t-il devenir le nouveau “Vietnam” américain ?

 L’Afghanistan va-t-il devenir le nouveau “Vietnam” américain ?

Soldats des forces afghanes (crédit photo : Ahmad SAHEL ARMAN / AFP)

La situation s’aggrave en Afghanistan. Le président, Ashraf Ghani aurait quitté la capitale. Très proche de Kaboul, les talibans indiqueraient vouloir entrer dans la ville pour y “assurer l’ordre”. Pour l’Elysée une “priorité absolue” : la “sécurité” des Français. En ce qui concerne Joe Biden, c’est sa première crise internationale dans laquelle il est pleinement impliqué.

 

L’annonce du président américain de retirer totalement l’armée américaine en Afghanistan, a considérablement troublé le fragile équilibre en cours dans le pays. Les talibans ont depuis pris le contrôle de plus d’un tiers des 34 capitales provinciales. Ils maitrisent aussi plus de la moitié des 400 districts que compte le pays.

Selon Abdullah Abdullah, son ancien vice-président, Ashraf Ghani aurait quitté le pays. Les talibans qui encerclent la ville, souhaitent y entrer pour y “assurer l’ordre”. Une situation qui risque de tourner au chaos pour les soutiens au régime et pour les ressortissants étrangers.

Les chancelleries occidentales travaillent d’ailleurs au rapatriement de leurs ressortissants sur place. L’Elysée a indiqué que la “priorité immédiate et absolue dans les prochaines heures est la sécurité des Français qui ont été appelés à quitter (le pays), ainsi que des personnels sur place, français et afghans”. Dans un communiqué, le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a demandé le départ des Français d’Afghanistan. Depuis le mois d’avril dernier, l’évacuation s’est faite de manière progressive. Mais “au regard des risques encourus“, le ministère demande à tous les Français (y compris journalistes) de quitter le pays.

Aux Etats-Unis, le département d’Etat appelle aussi les citoyens américains à quitter “immédiatement” le pays. Les Etats-Unis envisagent même de déplacer leur ambassade à l’aéroport de Kaboul. Il est vrai que personne à Washington ne voudrait revoir à Kaboul se dérouler la débâcle de l’évacuation au Vietnam.

>> Lire aussi : Maroc/USA : quel devenir au lendemain de l’investiture de Joe Biden ?

“Biden Kaboul”, la future chute de Saigon ?

Le “Kaboul de Biden” 2021 ressemblera-t-il au “Saigon de Ford” de 1975 ? Les derniers événements en cours ont tout l’air de le laisser penser. Comme au Vietnam, les Américains avaient annoncé leur départ. La force occupante, installée depuis plusieurs années, laisse une armée inexpérimentée face à des combattants aguerris. Quand le régime s’effondre, c’est l’heure du chaos. D’autant que les talibans vont en profiter pour avoir une portée dans le monde entier avec la prise de Kaboul.

Plutôt épargné par le contexte mondial depuis son arrivée, Joe Biden fait face à sa première crise internationale. Et elle le concerne directement. Le retrait a été programmé par Barack Obama fin 2011. C’est son ancien vice-président, Joe Biden qui a négocié le retrait de l’armée américaine. Pour autant, des troupes étaient maintenues avec un retrait progressif sans cesse repoussée. Un intérim qui aura duré 9 ans au total ! Son retrait total risque de bouleverser un pays qui aura connu plusieurs décennies de guerre.

 

>> Lire aussi : Le Moyen-Orient à la lumière de l’élection de Joe Biden

 

Yassir GUELZIM

Journaliste Print et web au Courrier de l'Atlas depuis 2017. Ancien de RFI, LCI, France Inter. Producteur et réalisateur (Arte Reportage, France24, France tv).