Le député M’jid El Guerrab interpelle Olivier Véran au sujet de Sinopharm

 Le député M’jid El Guerrab interpelle Olivier Véran au sujet de Sinopharm

@M’jid El Guerrab Facebook

À la demande du groupe parlementaire Agir Ensemble et dans le cadre de la semaine de contrôle du gouvernement, l’Assemblée nationale a examiné l’impact des mesures prises liées à la crise sanitaire sur la santé et l’espérance de vie des Français. À cette occasion, le député M’jid El Guerrab (neuvième circonscription des Français établis à l’étranger) a interpellé le ministre de la Santé Olivier Véran sur la non-reconnaissance du vaccin Sinopharm sur le territoire national. En effet, nombre de Français de l’étranger se sont vus administrer ce vaccin, écarté en France.
De nombreux Français établis hors de France, encouragés par notre gouvernement à se faire vacciner localement, se trouvent désormais protégés du virus, mais vaccinés par un vaccin non-reconnu sur le territoire national. Il est nécessaire de trouver rapidement une solution afin que ces derniers puissent regagner la France sans être discriminés pour avoir suivi les instructions du gouvernement !“, a plaidé M’jid El Guerrab devant l’Assemblée. En citant l’Espagne ou encore la Grèce qui ont reconnu le vaccin chinois et rappelant que Sinopharm était un vaccin agréé par l’OMS, le député a souligné qu’il y avait “beaucoup d’incompréhension et beaucoup de colère aussi“.

“Il n’y a pas de raison mystérieuse à cela”

À ces interrogations, le ministre de la Santé Olivier Véran a répondu que si Sinopharm était reconnu par l’OMS, il ne l’était pas par l’Agence européenne du médicament : “Il n’y a pas de raison mystérieuse à cela. C’est que tous les vaccins qui sont reconnus par cette agence ont déposé une demande de reconnaissance avec homologation, présentation des données scientifiques, biologiques en transparence, permettant à des experts indépendants issus de plusieurs pays européens, de statuer sur la sécurité et l’efficacité du produit“, a-t-il déclaré, avant d’ajouter que “ni les Allemands, ni les Italiens, ni les Espagnols ne vaccinent  leur population avec Sinopharm.”
Pour le ministre, “les pays en Europe qui pour l’instant sont amenés à reconnaître des vaccins qui n’ont pas l’homologation de l’AEM sont plutôt des pays du Sud qui s’attendent à avoir beaucoup de monde pour la période estivale“. Olivier Véran n’a toutefois pas écarté un éventuel changement : “On cherche une coordination européenne. Si la situation évolue, peut-être qu’elle évoluera, vous aurez une réponse plus favorable“, a-t-il conclu au député El Guerrab.
 
Sur les 3 millions et demi de Français à l’étranger, nombre d’entre eux se sont fait vacciner par Sinopharm, un vaccin utilisé notamment au Maroc, en Algérie et en Tunisie.

Malika El Kettani