Le Grand Prix du Festival International du Film de Femmes de Salé attribué à “Kuessipan”

 Le Grand Prix du Festival International du Film de Femmes de Salé attribué à “Kuessipan”

A cette 14ème édition, le film canadien “Kuessipan” de la réalisatrice canadienne Myriam Verreault a raflé  le Grand Prix

La 14ème édition du Festival International du Film de Femmes (FIFFS) organisée du 8 au 13 novembre à Salé au Maroc, a rendu un vibrant hommage à l’actrice marocaine Touria Alaoui.  

Le Festival international du film de femmes de Salé, FIFFS, se déroule dans un bel écrin. Une ville située au bord de l’océan Atlantique, Salé. Organisé par l’Association Bouregreg, sous le haut patronage du roi Mohamed IV, sa vocation première est de promouvoir le cinéma féminin. Si le Festival est créé en 2004, c’est cinq ans plus tard qu’il gagne ses lettres de noblesse et commence à se faire connaitre hors des frontières.

A cette 14ème édition, le film canadien “Kuessipan” de la réalisatrice canadienne Myriam Verreault a raflé  le Grand Prix. Le film raconte l’histoire touchante de deux amies inséparables, Mikuan et Shaniss. Seulement la vie se chargera de les séparer. Elles se retrouveront plus tard. Toutes les deux ont changé. Ce deuxième film de Myriam Verreault représente une immersion dans la communauté Innue aux alentours de Sept-Iles, au Québec.

Le Prix spécial du jury est octroyé à “Costa Brava” de la réalisatrice libanaise Mounia Akl. Celui de l’interprétation masculine revient à l’acteur palestinien Saleh Bakri pour son rôle dans le film “Costa Brava”. De son côté, le Prix du documentaire est octroyé à “Comme je veux”,  signée par la réalisatrice palestinienne Samaher Alqadi.  La mention spéciale du Jury est décernée à “Femmes suspendues” de la cinéaste marocaine Merième Addou.

Voici le palmarès de cette 14ème édition

  • Grand Prix du Festival : le film canadien «Kuessipan», de la réalisatrice Myriam Verreault.
    • Prix spécial du jury : «Costa Brava» de Mounia Akl.
    • Prix de la première œuvre : «Clara Sola» de Nathalie Alvares Mesen.
    • Prix de l’interprétation féminine : Maria Scares pour son rôle dans le film «Mare» d’Andrea Staka.
    • Prix de l’interprétation masculine : l’acteur palestinien Saleh Bakri pour son rôle dans le film «Costa Brava».
    • Prix du documentaire : «Comme je veux», de la réalisatrice palestinienne Samaher Alqadi.
    • Mention spéciale du Jury : «Femmes suspendues» de Merième Addou.
    • Prix jeune public pour le court métrage : «Janna» de Meriem Abid.
    • Prix du long métrage : «La Guérisseuse» de Mohamed Zineddine.

Dans une allocution prononcée à l’occasion de la soirée de clôture, samedi 13 novembre, le directeur du festival, Abdellatif El Assadi, a rappelé les fondamentaux du FIFFS ; promouvoir les valeurs de parité et d’égalité entre les femmes et les hommes, à travers le prisme du cinéma. Ajoutant,  « si les femmes sont considérées comme un symbole de fertilité, de don et une garantie de continuité, alors le cinéma féminin est un affluent artistique qui valorise notre mémoire collective ».  Le festival est l’occasion « de consolider la culture de la reconnaissance qui se traduit par la mise à l’honneur des contributions des femmes dans le cinéma » estime-t-il encore.

Un bel hommage a été rendu à l’actrice marocaine Touria Alaoui, « en reconnaissance de son parcours artistique distingué et de ses contributions au cinéma marocain ». Cette 14ème édition a fait également la part belle au cinéma suisse pour son investissement à valoriser et consolider la diversité dans ses productions.

>> Lire aussi :43è Festival International de Films de Femmes contre vents et pandémie

Mishka Gharbi