Les syndicats de police reçus par le ministre à Place Beauvau

 Les syndicats de police reçus par le ministre à Place Beauvau

Les syndicats sont reçus, place Beauvau les 11 et 12 juin 2020. LUDOVIC MARIN / AFP

Les forces de l’ordre menacent de se mettre en grève après les propos de Christophe Castaner. Aujourd’hui et demain, les 11 et 12 juin, les syndicats de police sont reçus place Beauvau, dans un climat plus que tendu.

Ils ont le sentiment d’être lâchés par le gouvernement. En effet, ils menacent d’une grève du zèle et d’un arrêt des interpellations. Le ministre de l’Intérieur va tenter de calmer le jeu.

A l’origine de cette colère des syndicats de police, les déclarations de Christophe Castaner sur les violences policières, lundi. Le ministre de l’Intérieur a annoncé son intention d’interdire les clés d’étranglement comme technique d’arrestation ; mais aussi sa promesse d’une tolérance zéro vis-à-vis du racisme et enfin des suspensions systématiques des policiers en cas de soupçon.

>> Lire aussi : Violences policières en France : sans justice, pas de paix

« Institutions violentes ou racistes »

Les organisations syndicales ont accueilli froidement ces propos du ministre de l’Intérieur, qu’ils considèrent comme une présomption de culpabilité. Hier, c’est Edouard Philippe qui a tenté d’apaiser la colère des policiers, lors des questions au gouvernement du Sénat. Le Premier ministre a déclaré : « Je ne laisserai jamais dire que la police ou la gendarmerie sont des institutions violentes ou racistes ».

>> Lire aussi : Pratiques Policières : Un observatoire civil tire le signal d’alarme

 

Chloe Juhel

Chloe Juhel