L’Opéra de Paris lance une mission sur la question raciale

 L’Opéra de Paris lance une mission sur la question raciale

Illustration – Des danseurs du ballet de l’Opéra de Paris. FRANCOIS GUILLOT / AFP

Serait-ce l’ouverture d’une discussion sur le harcèlement racial ? L’Opéra de Paris lance une mission sur la question raciale. Une première depuis la création de l’institution !

 

Discrimination

Ne pas se cambrer « comme une négresse », c’est le genre d’injonctions que peuvent adresser les maîtres de ballet de l’Opéra de Paris, à des personnes blanches comme à des personnes racisées.

Des jeunes danseurs avaient d’ailleurs déjà témoigné de ces discriminations subies au quotidien. Suite à la vague de protestations après la mort de George Floyd aux Etats-Unis,

Il y a quelques semaines, avait paru un manifeste intitulé De la question raciale à l’Opéra national de Paris. Le texte appelait à entamer la discussion sur cette question.

Le ballet de l’Opéra de Paris ne compte que peu de danseurs issus de la diversité. Cinq danseurs noirs ou métissés, ainsi que quelques asiatiques.

>> Lire aussi : Strasbourg : Un brigadier porte plainte pour racisme

Mission

Signé par près de 400 salariés, l’appel a été entendu par Alexandre Neef, directeur général de l’Opéra de Paris, qui lance une mission sur la question raciale.

Constance Rivière, secrétaire générale de la Défenseure des droits, et l’historien Pap Ndiaye rendront leurs conclusions le 15 décembre.

Abolition définitive du Blackface, des collants et chaussons de pointes adaptés à la carnation des danseurs noirs, font partie des changements demandés par le manifeste.

Harcèlement racial

Le 15 septembre, l’association Décoloniser les arts adressait un courrier aux syndicats et organismes professionnels du milieu de la culture « pour qu’une discussion s’ouvre sur les mesures à prendre contre le harcèlement racial ».

L’association milite pour inscrire le harcèlement racial dans la loi. « Cette notion doit être intégrée à la loi car la législation, comme le remarquaient déjà des chercheurs en 1999 (Lutter contre le harcèlement racial, Libération, 7 janvier 1999), est « à la fois inappliquée et inadaptée » », indiquait l’association dans son courrier, révélait le site Sceneweb. Cette mission lancée par une institution des plus rigides comme l’Opéra de Paris amorce ce début de discussion nécessaire à une prise de conscience.

>> Lire aussi : Pour SOS Racisme, Noël Le Graët minimise le racisme dans le foot

 

 

Charly Celinain