La violation du droit d’asile banalisée dans le sud de la France

 La violation du droit d’asile banalisée dans le sud de la France

Illustration – Opération d’expulsion d’une famille de migrants par la police dans la ville de Vintimille

La violation du droit d’asile est fréquente en France notamment dans le sud du pays, malgré la pandémie de Covid-19. Les refoulements de personnes migrantes à la frontière franco-italienne continuent, constituant une violation du droit d’asile.

Refoulements

La politique migratoire à la frontière franco-italienne n’a pas changé, des personnes migrantes se font toujours refouler. Une politique que dénonce Amnesty international.

L’ONG pointe le cas d’une femme et de son enfant de cinq ans interpellés à Menton et renvoyés directement en Italie, la semaine dernière, malgré son désir de demander l’asile en France : « Cette demande d’asile n’a pas été enregistrée par la police aux frontières, en violation du droit d’asile ».

Dans la foulée, un recours en justice devant le tribunal administratif de Nice a été déposé.

>>Lire aussi : Asile et titres de séjour : lente reprise dans les préfectures

Urgence sanitaire

« Les forces de l’ordre françaises se sont contentées de déposer la famille de l’autre côté de la frontière, en Italie, sans argent ni nourriture, à une dizaine de kilomètres de la commune de Vintimille » selon Amnesty.

La famille s’est ainsi retrouvée à la rue, sans hébergement ni aucune mesure de protection, contrairement à ce que préconisait le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, pour qui la situation sanitaire actuelle ne saurait justifier des éventuelles atteintes au droit constitutionnel d’asile.

>>Lire aussi :Urgence sanitaire : l’arrêt des demandes d’asile non justifié 

Banalisation

Ces actions illégales aux frontières européennes sont banalisées depuis plusieurs années. L’année dernière (février 2019), dans son rapport d’observations 2017-2018 sur les conséquences des politiques sécuritaires et migratoires à la frontière franco-italienne intitulé Persona non grata, l’Anafé dénonçait déjà nombre de pratiques illégales s’y déroulant :

« Les personnes en exil sont privées de liberté irrégulièrement dans des conditions inhumaines et refoulées irrégulièrement. Les personnes souhaitant demander l’asile se voient opposer un refus d’enregistrement systématique avant d’être refoulées ».

 

Charly Celinain

Charly Celinain