Moulay Hafid Elalamy : « Il ne faut pas qu’on baisse les bras »

 Moulay Hafid Elalamy : « Il ne faut pas qu’on baisse les bras »

Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du commerce et l’économie verte et numérique au Maroc.

C’est un Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie du Maroc, confiant et optimiste qui s’est présenté aux membres du Conseil National de l’Entreprise de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), en annonçant que « les chiffres de l’économie sont plus positifs qu’on ne le pensait ».

Lors de la réunion de cette instance du patronat marocain, le ministre de l’Industrie, du commerce et l’économie verte et numérique du Maroc a déclaré que « les chiffres de l’économie sont plus positifs qu’on ne le pensait, mais restent fragiles. Nos clients sont fragiles et la compétition mondiale est rude pour nous prendre des parts de marché. Il ne faut pas qu’on baisse les bras et il ne faut pas oublier qu’on est toujours en pleine pandémie ». 

Gagner des parts de marchés

Tout en relatant les mesures phares prises par le Maroc pour lutter contre l’épidémie et ses impacts, Moulay Hafid Elalamy a tenu à préciser que’ « il y a une fenêtre de tir actuellement, c’est maintenant qu’il faut gagner des marchés dans la dynamique des relocalisations des chaînes de valeur ». Dans ce cadre, il a dévoilé à l’assistance les grandes lignes du nouveau plan d’accélération industrielle que son département vient de finaliser pour les trois prochaines années. 

>> Voir aussi : Moulay Hafid Elalamy : “Le Maroc est un partenaire fiable pour sa population et nos pays amis”

Nouveau plan d’accélération industrielle

Ce plan repose sur cinq objectifs principaux : 

  • Accompagner les filières industrielles et augmenter leur intégration pour plus de création de valeur et d’emplois (exemple automobile : atteindre un taux d’intégration de 80% en 2023)
  • Promouvoir l’entreprise industrielle en accompagnant une nouvelle génération d’entrepreneurs
  • Favoriser les partenariats internationaux pour attirer des maillons des chaînes de valeur vers le Maroc
  • Encourager les investissements industriels durables
  • Renforcer les capacités d’innovation.

Moulay Hafid Elalamy a aussi insisté sur la préférence nationale à travers la commande publique : « la préférence nationale doit servir à accompagner les entreprises pour une montée en compétence. Il ne s’agit pas d’assistanat ». 

Politique de substitution aux importations

La pandémie a mis la lumière sur la dépendance des pays en matière d’approvisionnement et notamment pour des produits très sensibles comme les médicaments ou les équipements de santé. Le ministre a annoncé que ses services ont bouclé une étude sur les importations marocaines et qui a concerné 16 filières industrielles et portant sur un volume des importations de 183.2 milliard de dirhams. A horizon 2023, le ministre prévoit une politique de substitution aux importations de l’ordre de 51 milliards de dirhams. A ce titre, le Ministère a constitué une banque de projets offerte aux entrepreneurs qui souhaitent investir dans ces activités. La réalisation de ces projets devra générer à terme un minimum de 50.000 emplois. 

>> Lire aussi : Hausse des droits de douane au Maroc sur certains produits importés 

Malika El Kettani