Nelly Kaplan, icône de la Nouvelle Vague, est décédée

 Nelly Kaplan, icône de la Nouvelle Vague, est décédée

Une icône de la Nouvelle Vague, Nelly Kaplan, a rendu l’âme à Genève, à l’âge de 89 ans, le jeudi 12 novembre 2020.

Nelly Kaplan était à Genève depuis quelques mois avec son compagnon, l’acteur et producteur Claude Makowski, qui luttait contre la maladie de Parkinson et qui a mis fin à ses jours courant août dernier. Depuis, Nelly Kaplan séjournait dans une résidence de repos à Genève où elle a contracté la Covid-19 dans une forme sévère qui l’a emportée. 

Originaire d’une famille juive de Russie, elle s’est installée en France dans sa jeunesse et s’est lancée dans les métiers du cinéma en faisant ses premiers pas auprès d’Abel Gance, réalisateur, scénariste et producteur français. Son film culte, La fiancée du pirate a été sélectionné en 1969 à la Mostra de Venir et a connu un succès planétaire. 

Nelly Kaplan avait dit sur son film « c’est l’histoire d’une sorcière des temps modernes qui n’est pas brûlée par les inquisiteurs, car c’est elle qui les brûle ». Elle était sous l’influence des surréalistes de l’époque et l’on retrouve des traces dans son oeuvre. En effet, Nelly Kaplan, adoratrice de poésie, a développé des relations étroites avec un certain nombre d’écrivains et plus particulièrement les surréalistes André Breton et Philippe Soupault. 

Sa filmographie est très riche, dont Papa les petits gâteaux (1971), Néa (1976), Charles et Lucie (1979), Pattes de velours (1985), Plaisir d’amour (1990). Elle a également réalisé plusieurs documentaires, sur son mentor Abel Gance, Victor Hugo, Pablo Picasso…

Nelly Kaplan s’était également essayée au roman, en publiant en 1974, Mémoires d’une liseuse de draps, sous pseudonyme. 

>> Lire aussi : L’acteur mythique Sean Connery est décédé à l’âge de 90 ans

>> Voir aussi : “Papicha”, plongée douloureuse dans la décennie noire

Malika El Kettani