France. Insécurité et peur de l’étranger au menu du dernier meeting du FN au Zénith de Paris

 France. Insécurité et peur de l’étranger au menu du dernier meeting du FN au Zénith de Paris

Dernier meeting au Zénith de Paris pour la candidate du Front national. Photo Martin Bureau / AFP


Mardi 17 avril, Marine Le Pen tenait son dernier meeting de campagne avant le premier tour des élections présidentielles dimanche prochain. La candidate du Front national a choisi le Zénith de Paris pour ce dernier rendez-vous avec ses électeurs. (Photo AFP)


 


Environ 6000 personnes ont répondu à l’appel dans une salle où flottaient d’innombrables drapeaux bleu blanc rouge. Pour rassembler ses troupes, les habituels thèmes de campagne ont été une fois de plus abordés : immigration, insécurité et Europe notamment. Sans oublier d’égratigner François Hollande et Jean-Luc Mélenchon, la candidate frontiste a surtout concentré ses attaques sur le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Elle a notamment qualifié « d’inutile » le vote UMP.


 


Relents de xénophobie


Dans une vidéo amateur postée sur YouTube (que certains pourront trouver quelque peu irrespectueuse), on peut voir Marine Le Pen haranguer ses supporters qui lui répondent en scandant « On est chez nous ».


À la tribune, la candidate a notamment déclaré que « C’est parce que vous êtes chez vous que vous avez le droit de ne plus vouloir de ces Franco-Algériens comme Mohamed Merah ! » sous les hourras de son public. Toujours dans le registre immigration et insécurité, elle a fait mention de l’origine angolaise du principal suspect d’un récent homicide à Bouguenais.


 


Collecte de fonds singulière


À la fin de la même vidéo, on assiste à la sortie du meeting et notamment à une séance de collecte de fonds pour le moins étonnante et visiblement sensible. En effet, le cinéaste amateur est repoussé une première fois en faisant l’objet d’intimidations de la part du service d’ordre. Mais quelques instants plus tard, il arrive à filmer discrètement les sympathisants du Front national invités à verser une obole dans un drapeau tendu dans le hall du Zénith.


Rached Cherif

Rached Cherif