Le petit fils de Mandela: “La Palestine est soumise à la pire version de l’apartheid”

 Le petit fils de Mandela: “La Palestine est soumise à la pire version de l’apartheid”

Mandla Mandela


En "visite" dans les territoires palestiniens, un voyage qui a duré quatre jours (qui s'est achevé ce mercredi), le petit-fils du défunt président de l'Afrique du Sud, Nelson Mandela, et membre du parlement sud-africain, Mandla Mandela, a déclaré ce lundi 27 novembre que "la Palestine est soumise à la pire version de l'apartheid".


"Les colonies de peuplement que j'ai vues ici (en Cisjordanie occupée) m'ont rappelé ce que nous avions souffert en Afrique du Sud au temps de l'apartheid parce que nous aussi étions encerclés par de nombreuses colonies et n'étions pas autorisés à nous déplacer d'un endroit à l'autre librement", a-t-il déclaré à l'occasion d'un point presse où il était en compagnie du Premier ministre palestinien Rami Hamdallah. 



Hamdallah, qui a reçu Mandela dans son bureau de Ramallah, a souligné la force des relations bilatérales entre les deux pays et a salué le soutien de l'Afrique du Sud pour le peuple palestinien.



Il l'a informé sur la situation dans les territoires palestiniens, ainsi que les violations israéliennes contre les Palestiniens, y compris les projets d'expansion coloniale qui constituent un obstacle majeur à la naissance d'un Etat palestinien viable et souverain.



Hamdallah et Mandela ont également discuté des moyens de faire progresser la coopération entre la Palestine et l'Afrique du Sud.



Avant son arrivée en Palestine, Mandla Mandela avait déjà rencontré Omar Barghouti à Amman, le fondateur de BDS, le mouvement de boycott à l'encontre d'Israël, lancé en 2005, et qui connaît un succès grandissant. 



Mandela a appelé à soutenir le mouvement BDS et demandé à ce que son pays "rompre tous liens" avec Israël. 



"Nous avons été opprimés par la minorité blanche. Les Palestiniens sont en train d'être expulsés de leur terre, ce qui constitue une totale violation des droits de l'homme. Honte à la communauté internationale qui laisse perdurer cette situation", a-t-il encore déclaré. 



Nul doute que son grand père Nelson Mandela aurait été fier de son petit fils. L'ancien prix Nobel de la paix qui répétait que "la liberté de son peuple est incomplète sans la liberté des Palestiniens."


Nadir Dendoune

Nadir Dendoune

Nadir Dendoune