Gennevilliers reconnaît l’Etat de Palestine

 Gennevilliers reconnaît l’Etat de Palestine

Le maire PCF de Gennevilliers


D'autres communes vont lui emboîter le pas. Le maire PCF de Gennevilliers, Patrice Leclerc, vient de reconnaître symboliquement l'Etat de Palestine. Interview.


LCDL : Pourquoi maintenant ?



Patrice Leclerc : Notre initiative intervient après plusieurs courriers envoyés au gouvernement pour réclamer la reconnaissance de la Palestine par l’Etat français. Et cela tombe après le choix de Trump de considérer Jérusalem comme la capitale d’Israël.


Il était temps de marquer notre solidarité avec les Palestiniens pour ne pas qu’ils se sentent seuls. Il y a urgence de préférer la politique à la guerre. Mon engagement dans cette cause remonte à1982, date du massacre de Sabra et Chatila. Par ailleurs, notre initiative s’inscrit dans la continuité de l’action municipale de Gennevilliers.


D’autres communes semblent emprunter le même chemin que le vôtre. Vous les avez concertées ?


Notre ville fait partie du réseau des maires qui ont fait du Palestinien Marwan Barghouti un citoyen d'honneur. Cette décision de la reconnaissance symbolique de l’Etat de Palestine se pose pour l’ensemble de ces communes.


Dans l’immédiat, il y a aussi la mairie d’Allonnes, dans le Maine-et-Loire et celle de Bezons, dans le Val-d’Oise, qui vont acter cette reconnaissance. Je vais également envoyer un courrier à l’ensemble des maires du réseau Barghouti.


Vous pensez que la reconnaissance symbolique de votre commune est nécessaire pour, un jour, imaginer la reconnaissance officielle d’un Etat palestinien ?



S’il y a 36 bouts de France qui reconnaissent la Palestine, à la fin c’est la France qui reconnaîtra de fait la Palestine ! Il s’agit d’une image mais c’est l’idée. Nous souhaitons que la parole de la France soit enfin entendue sur le plan international. On veut que la France, mais également l’Europe, pèsent dans le processus de paix, pour tenter de le réenclencher.


Sous Laurent Fabius, la France avait envisagé la possibilité d’une reconnaissance de la Palestine en cas de blocage du processus à la fin de l'année 2016. Rien n’a été fait, au contraire. Sous Emmanuel Macron comme sous François Hollande, ça ne bouge pas. C’est sensiblement la même chose. Emmanuel Macron a laissé faire les Américains. Il faudrait qu’il reprenne une initiative politique !


Propos recueillis par Chloé Juhel





 

Chloe Juhel

Chloe Juhel