Application StopCovid : Semaine décisive pour le programmecontroversée

 Application StopCovid : Semaine décisive pour le programmecontroversée

David Himbert / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Dès demain (27 mai), les députés débattront puis voteront, pour ou contre, la mise en place de la  l’application controversée StopCovid.

Vote

Un mois après des débats houleux à l’Assemblée nationale puis au Sénat, les députés seront amenés, dès demain (27 mai), à débattre, puis à voter, la mise en place ou non de la controversée application de traçage des malades StopCovid.

Celle-ci doit permettre aux citoyens de savoir quand ils ont été en contact avec des personnes malades et casser au plus vite la chaîne de transmission. Cette application qui sera installée volontairement et fonctionnera grâce au Bluetooth.

>>Lire aussi : StopCovid, une application et beaucoup de questions

Données personnelles

Pour différentes organisations de défense des droits de l’homme, cette application soulève des questions concernant le respect de la vie privée. Dans une lettre ouverte aux députés, le président de la Ligue des droits de l’homme (LDH), Malik Salemkour, pose la question de l’utilisation des données personnelles en respect du Règlement général sur la protection des données (RGPD).

Chaque utilisateur de l’application sera enregistré sous un pseudonyme, mais pendant combien de temps seront conservées ces informations ? Comment seront-elles utilisées ? Des incertitudes qui seront certainement débattues par les députés.

L’avis de la CNIL

Saisie d’une demande d’avis par le secrétaire d’État chargé du numérique, le 24 avril dernier, la CNIL indiquait que l’application était conforme au RGPD : « l’application ne peut être déployée que si son utilité est suffisamment avérée. Son utilisation doit être temporaire et les données doivent être conservées pendant une durée limitée ».

Le président de la LDH insiste, cette application « n’apportera rien à la lutte contre l’épidémie de Covid-19 et porte au contraire de graves dangers pour notre vie privée et nos libertés », contrairement à « une augmentation significative des moyens pour la recherche scientifique et les systèmes de santé publique ».

En cas de vote positif au Parlement, l’application StopCovid pourrait être mise en place dès ce week-end (30 mai)

>>Lire aussi : StopCovid, l’appli du gouvernement lancée aujourd’hui

Charly Celinain

Charly Celinain