11e journée du refus de l’échec scolaire

 11e journée du refus de l’échec scolaire

Crédit photo : AFEV


Depuis 2008, l’Afev organise cet événement avec, cette année, un focus sur l’orientation.


Chaque année, l’Association de la fondation étudiante pour la ville publie une enquête qui permet d’y voir plus clair sur la problématique de l’échec scolaire.


En 2018, plus de 40% des élèves interrogés considèrent être insuffisamment informés en matière d’orientation.


Autre enseignement intéressant de cette étude: 94% des jeunes se sentent concernés par cette question, quand une grande majorité se dit malgré tout inquiète de son avenir professionnel.


A souligner que ce sont les filles qui manifestent le plus leur inquiétude.


Enfin, il faut noter que c’est la famille qui influence majoritairement le choix des collégiens en réseau d’Education Prioritaire dans leur orientation.


Solutions


Au delà des chiffres qu’elle permet de se procurer pour cerner au mieux le phénomène, cette journée du refus de l’échec scolaire est également l’occasion de discuter des causes de l’échec scolaire et surtout des solutions à mettre en œuvre. Et cela à travers des ateliers-débats organisés dans toute la France: Toulouse, Caen, Le Havre, Lille, Poitiers, Nantes ou encore Marseille.  


Lutter contre les inégalités


L’Association de la Fondation Étudiante pour la Ville a pour objectif de mobiliser des étudiants dans des actions de solidarité, telles que l’accompagnement des enfants de primaire, collège ou lycée professionnel dans leur scolarité.


Créée en 1991 par trois étudiants, l’Afev est née de l’envie de lutter contre les inégalités dans les quartiers populaires, et de créer un lien entre deux jeunesses qui ne se rencontraient pas ou peu : les enfants et jeunes en difficulté scolaire ou sociale, et les étudiants.


 


 

Chloé Juhel

Chloé Juhel