Les mobilisations continuent pour les étudiants sans facs

 Les mobilisations continuent pour les étudiants sans facs

Université de Paris 10 Nanterre. © AFP


A quelques semaines de la rentrée universitaire, de nombreux étudiants restent encore sans affectation. Les mouvements de soutien se multiplient.


Nanterre sous pression


« Amplifions, visibilisons le mouvement des sans-facs et de leurs soutiens, rassemblons-nous devant le bâtiment B de l'université ce vendredi [7 septembre, ndlr] à 16h30 pour mettre la pression à la présidence et exiger l'inscription de tous dans la filière de son choix » tel était le message lancé par l’association Nanterre VNR, la semaine de la rentrée scolaire. Selon ces derniers, ce sont une centaine de dossiers qui sont en attente de réponse. Une situation qui dure depuis plusieurs mois.


Occupation


A l’Université de Paris X Nanterre, le centre névralgique de cette lutte est situé au bâtiment B. C’est notamment dans la salle du conseil de ce bâtiment qu’un groupe de quarante personnes a occupé les lieux afin d’attirer l’attention sur cette situation. « Etudier est un droit, pas un privilège ! » rappelle l’association en référence au nouveau dispositif Parcoursup qui permettrait une sélection à l’entrée des universités. Aujourd’hui (17 septembre), un nouveau rassemblement sera organisé à 13h à la salle du conseil du bâtiment B « pour une fac ouverte et accessible à tous ».


Promesses et déceptions


Autre université, autre problème. A Paris 1, il semblerait qu’il y ait également des difficultés pour s’inscrire pour les sans-papiers. Après plusieurs rendez-vous arrachés au forceps, les membres du Collectif des Etudiants Sans Papiers de Paris 1 n’ont pu obtenir de la présidence de l’Université que la promesse « d’apporter un regard bienveillant » sur les dossiers. En attendant de savoir si cette nouvelle promesse sera tenue, c’est une vingtaine d’étudiants qui continuent à batailler pour être inscrits à l’Université.


A quelques encablures de la rentrée universitaire, les problèmes sont encore loin d’être résolus.


Lire aussi : Inscription compliquée pour des étudiants sans-papiers

Charly Celinain

Charly Celinain