Tags racistes à Rennes : SOS Racisme pointe un climat de haine

 Tags racistes à Rennes : SOS Racisme pointe un climat de haine

Affichage, à l’entrée du centre culturel islamique Avicenne de Rennes, de pancartes prônant la tolérance, en réaction aux tags islamophobes découverts sur les murs du centre, le 30 avril 2021. JEAN-FRANÇOIS MONIER / AFP

De nouveaux tags racistes sur les murs du centre culturel musulman Avicenne, à Rennes. Les associations condamnent ces actes et déplorent un climat délétère.

 

Nouveaux tags

« On vous avait prévenu, l’immigration tue … #Rambouillet ». Ces mots, ainsi que d’autres tags racistes, ont été inscrits sur les murs du centre culturel musulman Avicenne, à Rennes, dans la nuit du 29 au 30 avril.

L’inscription fait référence à l’attentat de Rambouillet (23 avril), ayant coûté la vie à Stéphanie Monfermé, mère de famille et fonctionnaire de police, assassinée dans son commissariat de la ville des Yvelines. Suite à ces nouveaux tags sur les murs du centre culturel, une enquête a été ouverte pour « dégradations en raison de l’appartenance à une religion ».

Condamnations

« Le CFCM condamne fermement les inscriptions racistes et islamophobes dont a été victime une nouvelle fois le centre musulman Avicenne de Rennes. Solidarité avec les fidèles et responsables du centre face à cette nouvelle et lâche provocation » réagissait dès vendredi (30 avril), dans un tweet, le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM).

Le 11 avril dernier, peu avant le début du Ramadan, des tags racistes avait été inscrits sur les murs de ce même centre culturel. Visé pour la seconde fois en moins de trois semaines, le président du centre Avicenne à parler d’un « sentiment de peur » qui s’emparait des fidèles, suite à ses nouveaux tags.

>> Lire aussi : 

Le Centre culturel islamique de Rennes victime de tags racistes

Climat délétère

Pour SOS Racisme, c’est bien le climat général qui est le plus inquiétant. « La multiplication des agressions racistes, contre des bâtiments et, pire, contre des personnes ces dernières heures sont des signaux qui devraient inquiéter les responsables politiques attachés à la République que des généraux à la retraite se sont proposés d’abattre ces derniers jours en légitimant leur acte par un racisme qui se camoufle à peine » selon Dominique Sopo, président de l’association antiraciste.

Ce dernier faisant allusion à la tribune d’un quarteron de généraux à la retraite, dévoilée par Valeurs Actuelles le 21 avril. Ces généraux interpellent Emmanuel Macron, dans leur lettre ouverte, sur un « délitement qui, avec l’islamisme et les hordes de banlieue, entraîne le détachement de multiples parcelles de la nation pour les transformer en territoires soumis à des dogmes contraires à notre constitution ».

 

> Lire aussi : 

Tribune des militaires : la ministre Florence Parly promet des sanctions

Incendie “criminel” à la mosquée Arrahma de Nantes

 

Charly Celinain