2e vague : vers un couvre-feu en zones d’”alerte maximale” ?

 2e vague : vers un couvre-feu en zones d’”alerte maximale” ?

COUVRE-FEU / Illustration – MICHAEL KAPPELER / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE VIA AFP

Fermeture des restaurants et couvre-feu, ce sont les annonces les plus probables que pourrait faire Emmanuel Macron, demain soir, le 14 octobre.

 

Un conseil de défense se réunit aujourd’hui, pour préparer l’allocution télévisée du chef de l’Etat et arbitrer de nouvelles restrictions pour faire face à ce que le Premier ministre a désormais nommé : la deuxième vague.

« Il ne peut plus y avoir de relâchement », a déclaré Jean Castex, sur le plateau de Franceinfo, lundi 12 octobre.

« Les Français ont considéré un peu trop vite, malgré les discours que nous tenions, que ce virus avait disparu ».

Ce soir, les ministres concernés iront ensuite à Matignon. En substance, il ne devrait a priori pas être question de reconfinement ou même de mesures de restriction de circulation sur l’ensemble du territoire.

>> Lire aussi : Les professionnels de la restauration bloquent le périphérique extérieur

Levier d’action

Jean Castex l’a reconnu. Interdire les réunions de famille ou les soirées entre amis où les gestes barrières ne sont pas toujours respectés, « ce n’est juridiquement pas possible ».

Le couvre-feu deviendrait donc un levier d’action efficace pour le gouvernement, dans les zones les plus touchées par l’épidémie, telles que l’Ile-de-France ou encore la région lilloise. L’option d’une fermeture définitive des bars et restaurants serait également à l’étude.

Comme à Berlin

Différents scénarios envisagés : un couvre-feu à 20h, 22h ou 23h. Comme c’est le cas à Berlin ou à Francfort depuis ce week-end. Concrètement, cela signifierait que les magasins restent fermés le temps du couvre-feu, excepté les pharmacies et les stations essence. La vente d’alcool serait aussi interdite sur ce laps de temps.

En Guyane, où le virus circule toujours très activement, le couvre-feu est appliqué de minuit à 5h du matin depuis le mois de juin dernier.

>> Lire aussi : Protocole sanitaire renforcé pour les restaurants dès mardi

 

 

 

 

 

 

Chloé Juhel