Décès de la chanteuse populaire marocaine, El Haja El Hamdaouia

 Décès de la chanteuse populaire marocaine, El Haja El Hamdaouia

El Haja El Hamdaouia au festival d’Essaouira

C’est l’une des grandes pages de l’histoire et du patrimoine populaire marocain qui se tourne. La chanteuse, El Haja El Hamdaouia est décédée aujourd’hui à l’hôpital Cheikh Zayed à Rabat.

La star du chaâbi marocain n’est plus. El Haja El Hamdaouia a rendu l’âme après un transfert en urgence le 1er avril à l’hôpital Cheikh Zayed à Rabat. Agée de 91 ans, elle a marqué et bercé plusieurs générations avec ses chansons populaires.

>>Lire aussi : Gnaouas, entre mystique et musique

Une femme qui a “réalisé quelque chose dans sa vie”

Icône de la musique marocaine, elle se retire de la scène artistique en 2020. Lors de sa dernière conférence de presse, elle annonce alors être malade. Elle estime avoir assez donné à la scène musicale marocaine. El Haja El Hamdaouia ne voulait alors pas “tomber sur scène avec son bendir”.  Elle cède alors les droits de son riche répertoire gracieusement à la chanteuse Xena Aouita, fille du célèbre athlète Saïd Aouita.

Née à Casablanca en 1930 à Derb Sultan, elle modernise la musique chaâbi. Elle se disait d’ailleurs “émue” de voir des jeunes “chanter ses chansons”. Cela lui donnait l’impression d’avoir “réalisé quelque chose dans sa vie.”

Des armes sous les caftans

Véritable monument, elle a connu la colonisation, la résistance et l’indépendance. Elle  vient à la musique et au théâtre par hasard. Elle commence par les planches au sein d’une troupe arabe. Avant-gardiste et féministe, elle sera l’une des premières femmes marocaines à jouer au théâtre au Maroc. La diva découvre la musique grâce à son père mélomane. Paradoxalement, son père s’opposera à sa carrière car il avait “peur” pour elle.

Outre son action culturelle, El Haka Hamdaouia est aussi une femme politique. Durant la colonisation, elle s’implique dans la résistance à l’occupation française. Elle traverse les villes, des armes cachées sous ses caftans. Après une chanson politique contre les Français, elle se retrouve quelques jours en prison avant d’être libérée.

Un chaâbi moderne et entrainant

Son style reste dans toutes les mémoires durant sa longue carrière de 70 ans. En effet, El Hamdaouia apporte modernité au répertoire chaâbi. Elle incorpore tout d’abord des instruments modernes comme le clavier, la basse ou la guitare. Dans les années 50-60, elle côtoiera Mohamed Fouiteh, Maâti Belkacem mais aussi le célèbre Salim Hilali, surnommé “le Bécaud arabe”. Avec ces compositions, ils feront la renommée du prestigieux cabaret, le Coq d’Or dans le quartier de Mâarif à Casablanca.

Les mélodies et chansons de El Haja El Hamdaouia sont dans toutes les têtes. Derrière la mélodie entrainante, on pouvait distinguer son filet de voix reconnaissable parmi tant d’autres. On se rappelle ainsi de Daba Yji, Jiti Majiti, Dada ou Hiyani, Ajay y Dir ou Mal Hbibi’Liya.

>>Lire aussi : Pour sa 11e édition, le festival international du Raï d’Oujda célèbre l’Afrique

Misère et regain d’intérêt

Durant les années 80-90, elle tombe un peu dans l’anonymat. Elle vit alors dans une chambre de bonne à Paris. Tombée malade, elle survit grâce à quelques dates. C’est le Roi Mohamed VI qui l’a sortira de ses difficultés financières.

En 2017, pour sa 11ème édition, le festival international du Raï d’Oujda l’avait mis à l’honneur. Elle avait alors interprété ses plus grandes compositions cultes. Ses chansons ont passionné aussi la 15ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d’Essaouira quand elle partage la scène avec Raymonde El Bidaouia, une autre icône de la chanson marocaine.

La rédaction du Courrier de l’Atlas présente toutes ses condoléances à la famille de Haja El Hamdaouia qui resta gravé dans la mémoire des Marocains.

>>Lire aussi : L’acteur Brahim Bouhlel insulte les femmes et enfants marocains

Yassir GUELZIM

Journaliste Print et web au Courrier de l'Atlas depuis 2017. Ancien de RFI, LCI, France Inter. Producteur et réalisateur (Arte Reportage, France24, France tv).