Festival du film de Locarno avec au programme L’Apollon de Gaza de Nicolas Wadimoff

 Festival du film de Locarno avec au programme L’Apollon de Gaza de Nicolas Wadimoff

Vendredi 9 Octobre est programmé dans le cadre du Festival international du film de Locarno; L’Apollon de Gaza

Créé en 1946, le Festival international du film de Locarno a su se dessiner une place unique dans le panorama des grandes manifestations cinématographiques. L’Institut du Monde Arabe y participe du 9 au 11 octobre.

Vendredi 9 Octobre est programmé dans le cadre du Festival international du film de Locarno, “L’Apollon de Gazade Nicolas Wadimoff. C’est un documentaire produit en 2019 par la Suisse et le Canada. En 2013, une statue d’Apollon vieille de plus de 2000 ans est trouvée au large de Gaza, avant de disparaître subitement. Dieu des arts, de la beauté et des divinations, l’Apollon suscite les rumeurs les plus folles. À la fois film-enquête et réflexion sur l’Histoire, L’Apollon de Gaza nous immerge dans la réalité méconnue de la Palestine. Un territoire qui paie encore le prix des guerres et d’un blocus impitoyable. Mais, où, malgré tout, la vie subsiste, conquérante et insoumise.

“Ouroboros” de Basma Alsharif

Quant au samedi 10 octobre 2020, c’est au tour de la projection de “Ouroboros” de Basma Alsharif. C’est un docu-fiction sorti en 2017. Produit par plusieurs pays, la France, la Palestine, le Qatar et la Belgique, c’est un hommage à la bande de Gaza. Ouroboros suit les déambulations d’un personnage sur plusieurs continents. Ouroboros explore la question de l’éternel retour et de ce qui nous fait aller de l’avant quand tout est perdu. Entre documentaire expérimental et fiction, cette œuvre inclassable bouleverse la représentation médiatique du traumatisme, en bousculant toutes les règles du cinéma.

“Yara” de Abbas Fahdel

Dimanche 11 octobre, c’est au tour de “Yara” de Abbas Fahdel. En avant-première, une fiction produite par le Liban, l’Irak et la France. Yara, une jeune femme qui vit seule avec sa grand-mère, dans une vallée isolée. En cause, la plupart des habitants sont morts ou ont émigré à l’étranger. Un jour, Yara rencontre un jeune étranger. C’est le début d’une idylle.

200 films sont présentés chaque année dans le Festival du film de Locarno dont une trentaine de films français

Chaque année en août, près de 200 000 spectateurs, 1 100 journalistes et 3 700 professionnels se donnent rendez-vous dans la petite ville suisse-italienne de Locarno. La ville devient pendant onze jours la Capitale mondiale du cinéma d’auteur.

>> Lire aussi :Diversité : bonnet d’âne pour la télévision française

Le Festival du film de Locarno est reconnu par les professionnels du monde entier comme un espace de rencontre et de découverte. C’est aussi une occasion pour dénicher les talents de demain. Près de 200 films y sont présentés chaque année, dont plusieurs films arabes et une trentaine de films français. Le film de Locarno est articulé en une dizaine de sections ouvertes à tous les genres et à tous les formats.

Le festival du film de Locarno reste un rendez-vous incontournable pour les cinéphiles. Au programme encore des rétrospectives et un laboratoire de coproductions ainsi que des tables rondes. Au cours du Festival des prix sont décernés.

 

Mishka Gharbi