Corbeil-Essones. La revanche du boxeur Guito

 Corbeil-Essones. La revanche du boxeur Guito


C'est un véritable conte de fées, la preuve que tout est possible. Moqué parce qu'il avait pris 30 kilos, et après 8 ans d'absence sur les rings, le boxeur de Corbeil Essonnes (91) Moughit El Moutaouakil, alias « Guito », 13 combats pro dont 12 victoires, a pris sa revanche. Ce soir, samedi 29 février, il affronte au Palais des Sports de Levallois (92) le numéro un belge Islam Teffahi. En jeu : la ceinture WBC francophone, dans la catégorie des Poids Moyens. 


Pourquoi avoir arrêté la boxe à 18 ans ?

 


Mon papa est décédé quand j'étais minot.  J'ai donc grandi sans père. Je me battais beaucoup à l'école. A l'âge de 15 ans, on m'a emmené dans un club de boxe pour me calmer. J'ai boxé jusqu'à l'âge de 18 ans. Et après j'ai dû arrêter. Je n'arrivais pas à concilier ma vie privée et professionnelle avec la pratique intensive de la boxe. 



 


Qu’est-ce qui vous a donné justement l’envie de boxer de nouveau ?

 


Un jour, je suis tombé sur une licence amateur qui datait de 2007. Beaucoup de mes amis avec lesquels je boxais à l’époque avaient fait carrière, l’un était devenu champion de France, un autre avait participé aux Jeux Olympiques…. Je me suis alors rendu compte que j’avais du niveau !  Reprendre la boxe c'était aussi pour perdre du poids.

 


Vous vous rendez alors dans votre ancien club à Corbeil-Essonnes….

 


Oui. Je demande alors une licence amateur pour pouvoir faire des combats. Ça les a fait rire ! J’avais pris quasiment 30 kilos, je pesais 98kgs ! Ils m'ont proposé plutôt d'aller boxer en loisirs, avec les débutants ! Je ne pouvais même pas m’entrainer en amateur alors que jeune j’avais tout éclaté ! J’avais la larme à l’œil. Alors, je suis parti prendre une licence au club de Massy. 


Le mépris que vous avez subi de votre ancien club ne vous a semble-t-il pas découragé…

 


Effectivement. Ça a décuplé ma rage. En 6 mois,  d’octobre à décembre 2015, je perds plus de 20 kilos. Pendant cette période, je gagne 6 combats amateurs. Je  reviens au Club de Corbeil-Essonnes pour prendre une licence pro, en précisant que je ne signerai pas avec un de leurs coachs. J'ai fait mon 1er combat pro le 5 Mars 2016 à Corbeil Essonnes que j'ai gagné. Un grand moment….


Le mépris de mon ancien club m’a motivé, il m’a prouvé que j’étais capable du meilleur. J’ai su utiliser cette rage et cette colère contre moi en quelque chose de positif. Mais je veux préciser que je n’en veux pas à ce club, j’ai juste été déçu de leur comportement. Nous n'avons jamais été en froid. Ils n’ont juste pas cru en moi parce que j’étais devenu gros. En quelque sorte, je les remercie parce que c'est grâce à leur manque de confiance que je suis arrivé à ce niveau aujourd'hui.



 


Vous êtes né au Maroc, vous êtes arrivé en France à l'âge de deux ans. Et vous n'êtes toujours pas naturalisé français…

 


Oui, c'est vrai. J'aurais dû m'en occuper avant mais c'est en cours. Ça ne devrait plus tarder. Si j'avais été de nationalité française, j'aurais été le challenger aujourd’hui pour disputer un championnat de France. En attendant, j'ai gagné toutes les compétitions auxquelles les étrangers peuvent participer, comme la Coupe de la ligue, le tournoi de France…

 


Comment on se prépare pour un tel combat ? 

 


A l’origine, je devais faire un combat en 6 rounds. Là, pour la ceinture WBC francophone, c’est un 12 rounds. J'ai quatre semaines pour être prêt. Et je le serai. Je n’ai jamais fait de combat en 12 rounds ! Je m'entraine 6 jours sur 7 deux fois par jour. Je suis agent territorial au service des sports. Heureusement, je me suis arrangé avec mon employeur, la ville de Corbeil Essonnes, pour pouvoir quitter le travail à 15h. Une fois sorti, je pars directement à la salle de boxe de Levallois. En partant tôt, j'évite les embouteillages ! Je rattrape mes heures en donnant des cours de boxe le week-end à Corbeil-Essonnes.

 


Quels sont vos objectifs à long terme ? 

 


Prendre tous les challenges qu’on me propose. Aller aussi loin que mes limites me le permettent. Et puis devenir Champion de France serait magnifique, parce que la France, c’est chez moi…

 


« NO LIMIT EPISODE XII », samedi 29 février à partir de 19h, Palais des Sports de Marcel Cerdan de Levallois (92) avec les boxeurs, Hervé Lofidi, Zakaria Attou, Bilel Jkitou, Guito, Ali Galtier, Kylian Joos…

Nadir Dendoune

Nadir Dendoune