Coût de la rentrée scolaire : la facture en hausse

 Coût de la rentrée scolaire : la facture en hausse

Crédit photo : Jean-Marc Quinet / AFP


La somme varie selon que l’enfant rentre en primaire ou au lycée mais globalement le coût de cette rentrée 2017 a plutôt tendance à augmenter : 0,8% en moyenne, une hausse qui suit le niveau de l’inflation.

 


Sur le budget du mois de septembre, pour une famille de 2 enfants qui touche le SMIC, la rentrée représente 29% des dépenses. Derrière ce coût de la rentrée chiffré à 0,8% selon l’étude annuelle de la Confédération Syndicale des Familles, se cachent des réalités plutôt diverses.


Pour une rentrée au lycée, la hausse se chiffre à 2,6%, ce qui porte à 422 euros le coût d’une rentrée en filière générale.


Pour les filières techniques, le chiffre explose : 700 euros pour une filière baccalauréat professionnel industriel.


Les nouvelles sont meilleures pour l’école primaire et le collège puisque le budget baisse de 2%. Pour une rentrée au cours préparatoire, le coût s’élève à 150 euros par enfant, et pour le collège, il se chiffre à 350 euros, somme qui s’explique surtout par l’achat de matériel sportif.


Hypermarchés et achat sur internet


Tout dépend évidemment de l’endroit où le caddie sera rempli : en l’occurrence, selon l’association Familles de France, les courses en hypermarché (177 euros en moyenne) sont plus avantageuses que celles en supermarché (197 euros en moyenne toujours). Et c’est sans compter sur les achats réalisés sur internet, chiffre qui augmente d’année en année mais qui reste minoritaire.


Hausse insuffisante de l’ARS


Dans leurs rapports annuels respectifs, les deux associations réclament que l’ARS, l’Allocation de Rentrée Scolaire, soit revue à la hausse, particulièrement pour les lycéens. Cette année, elle augmente pourtant de 0,3%. Insuffisant pour la Confédération Syndicale des Familles et l’association Familles de France.


En moyenne, l’ARS est de 364,09 euros pour un enfant de 6 à 10 ans et jusqu'à 397,49 euros pour un élève de 15 à 18 ans.


Inégalités régionales


Et la facture n’a pas fini de s’allonger puisque ces sommes ne tiennent pas compte des dépenses induites par le cours de l’année : les transports, la cantine ou encore les activités périscolaires. Des montants qui ne sont pas les mêmes en fonction du territoire où la famille vit.


Les aides des collectivités territoriales varient considérablement d’un département à l’autre. Par exemple, dans les Hauts-de-Seine, à Colombes, depuis que les activités périscolaires sont payantes, la fréquentation des enfants a chuté. Cela représente entre 3 et 7 euros par enfant et par demi-journée. C’est d’ailleurs le prix le plus élevé du département.


Un problème qui ne se pose plus pour 640 écoles qui ont décidé, cette rentrée, de revenir à la semaine de quatre jours, et donc de supprimer ces activités périscolaires.


Chloé Juhel


Lien vers un petit guide édité par Familles de France pour faire quelques économies : ici

Chloe Juhel

Chloe Juhel