Immigration : plus d’arrivées, mais aussi plus de départs entre 2006 et 2013

 Immigration : plus d’arrivées, mais aussi plus de départs entre 2006 et 2013

La France attire toujours autant


Le nombre d'immigrés arrivant en France a augmenté entre 2006 et 2013, mais il y a aussi eu plus de départs, et le solde migratoire a baissé, selon une note de l'Insee publiée mardi. Le nombre d’arrivées régulières est passé de 193 000 à 235 000 durant cette période, mais le nombre de départs a plus que triplé dans le même temps, passant de 29 000 à 95 000


 


La mobilité intraeuropéenne des jeunes dope les chiffres


Le solde migratoire pour les personnes immigrées – c’est-à-dire nées étrangères à l'étranger – a baissé, passant de +164.000 en 2006 à +140.000 en 2013. « L'accroissement de la mobilité professionnelle de courte durée, notamment intraeuropéenne, explique ce résultat », explique l'Insee, qui précise que les retours concernent essentiellement des étudiants étrangers à la fin de leur cursus, ou des retraités rentrant au pays.


La France comptait ainsi 4,2 millions d'étrangers au 1er janvier 2014, soit 6,4 % de la population. La migration a contribué l’accroissement de la population française à auteur de 500 000 environ par rapport à 2006 sur un totale de 2,6 millions, portant la population de la France à 65,8 millions d'habitants.


Contrairement aux idées véhiculées par une frange de la classe politique, les chiffres démentent la prétendue « invasion » d’immigrés. Les Français nés en France représentaient 89,07 % de la population en 2006, 88,42 % l’an dernier, soit une baisse de 0,6 point en 17 ans.


 


Les Français plus nombreux à tenter l’aventure à l’étranger


Au total, le solde migratoire, toutes catégories confondu, s'est établi à +33 000 personnes en 2013, alors qu'il était encore de +112 000 en 2006, selon l'Insee. Sur cette période les Français ont en effet été de plus en plus nombreux à quitter la France (197 000 en 2013, après 138 000 en 2006), tandis que les retours variaient peu (autour de 77 000), souligne l'Insee. Pour cette seule catégorie le solde migratoire est donc négatif et il a doublé, passant à de -60 000 en 2006 à -120 000 en 2013.


« Sur la période, le nombre de leurs départs a progressé de 5,2 % par an en moyenne », note l'institut, qui précise qu'en 2013 « 80 % des départs (…) surviennent entre l'âge de 18 et 29 ans ». Au chapitre des retours, la moitié des Français rentrant de l'étranger avait entre 18 et 29 ans.


Rached Cherif


(Avec AFP)

Rached Cherif