L’Arabie Saoudite fête Noël avec sapins et guirlandes

 L’Arabie Saoudite fête Noël avec sapins et guirlandes

Les sapins de Noël en vente libre en Arabie Saoudite

Surprise. Sapins et décorations de Noël sont en vente libre dans la Capitale saoudienne, Riyad.

Depuis quelques années le prince héritier Mohammed Ben Salmane, maitre réel du pays, promettait une réconciliation avec un « islam modéré et tolérant ». Des décisions concrètes sont venues conforter cette orientation imposée de force par le fougueux prince. Après la levée d’interdiction faite aux femmes de conduire leurs propres voitures, les Saoudiennes obtiennent le droit de voyager seules. L’agrément d’un tuteur masculin n’est plus nécessaire. Décision favorablement accueillie par la communauté internationale et qualifiée de pas de géant. Autres droits acquis par les Saoudiennes, annoncer une naissance ou demander le divorce.

En écho à ces réformes sociétales décisives, une manifestation plus festive vient confirmer une ouverture doublée d’acceptation tacite des autres religions. Sapins et guirlandes et autre décorations de Noël sont en vente libre,  ostentatoirement étalés dans les magasins dédiés. A Riyad, un air de fête plane dans l’espace.

Faire ses emplettes sans se cacher

Il y a encore quelques années, c’était aller au devant de graves représailles que d’exposer de tels objets. Pour une expatriée libanaise, c’est un beau cadeau de pouvoir enfin faire ses emplettes au grand jour. « Quand je suis arrivée, il  était très difficile d’en trouver.  On les achetait du Liban et de la Syrie et on les faisait passer en cachette, par voie terrestre».

>> Lire aussi : The Perfect Candidate, ou le défi pour une femme de prendre l’avion en Arabie Saoudite

Les observateurs actent ces importantes avancées qui ne touchent cependant pas le domaine politique ni celui des droits et libertés individuelles. Des militants et féministes sont régulièrement interpelés et jetés en prison. L’Arabie Saoudite a exécuté un nombre record de personnes en 2019, selon Amnesty International. Le droit de manifester, de créer un syndicat ou une association y sont rigoureusement interdits.

Officiellement Riyad interdit également toutes pratiques non musulmanes. Visiblement, les digues sont en train de céder petit à petit. La tolérance envers les religions progresse. Pour preuve, dans les manuels scolaires le judaïsme n’est plus dénigré. Quant à Noël, il sera célébré cette année dans les maisons chrétiennes. Il est toujours interdit d’ériger une église sur la “terre sainte”. Pour la messe de minuit, il faudra donc patienter.

Mishka Gharbi