Les professionnels du tourisme tirent la sonnette d’alarme

 Les professionnels du tourisme tirent la sonnette d’alarme

Illustration – Hôtel Kasbah Tamadot / AFP


La Confédération nationale du tourisme a mis en place une cellule de crise afin de plancher sur un diagnostic de la crise actuelle, sur les scénarios de reprise et sur les mesures d’urgence à mettre en place pour éviter le pire.


L’industrie touristique marocaine est en arrêt total d’activité depuis la mi-mars. La fermeture des frontières fait que les acteurs du secteur devront affronter, selon les estimations, une période très difficile jusqu’à décembre 2020 (soit 9 mois) et une reprise timide pas avant avril 2021.


Aussi la confédération estime la perte de recettes en devises pour le Maroc à -65%, soit 51 milliards de DH pour 2020. L’urgence d’agir est donc indiscutable, non seulement pour sauvegarder l’outil de production, mais également pour maintenir les emplois et préserver la compétitivité de la destination Maroc.



La confédération prévient également que le coût de la non-assistance serait de l’ordre de 46 milliards de DH sur 2020-2022 si rien n’était fait. Le risque identifié serait une destruction importante du tissu économique et l’incapacité à recréer la chaîne de valeur d’un secteur vital pour l’emploi, la balance des paiements, les réserves en devises et donc les équilibres macro-économiques du pays.


A l’instar de ce qui a été fait dans de nombreux pays, la CNT propose la mise en place d’un dispositif proactif spécifique au secteur qui s’articule autour des 3 axes :


– Le maintien de l’outil de production par la mise en place, en priorité, de mesures fiscales et bancaires permettant aux entreprises de faire face aux besoins urgents de liquidités pour le paiement des charges courantes les plus critiques.


– Le maintien de l’outil de production et de la chaîne de valeur en sauvegardant les emplois et des mesures sociales et mécanismes d’accompagnement à co-construire.


– La sauvegarde de la compétitivité : Plan de relance avec la mise en place d’un budget pour la relance du secteur et l’adoption d’une démarche offensive pour régénérer l’outil de production et le préparer à la reprise.


Dans son rôle de porte-parole du secteur du tourisme marocain, la Confédération nationale du tourisme est, très inquiète sur cette situation liée au Covid-19 et sur les dégâts qui en découleront. Elle a donc tout mis en œuvre à travers sa cellule de veille qui tient des réunions quotidiennement, afin d’identifier toutes les pistes de réflexion et d’actions qui s’imposent pour aider le secteur à passer la crise.


Ce travail effectué, aujourd’hui, la confédération est dans la phase de sensibilisation auprès des principaux interlocuteurs que ce soit le ministère de tutelle, le ministère des Finances, la CGEM, le GPBM, la CNSS etc., afin que toutes les parties prenantes prennent la pleine conscience de ce besoin urgent d’agir et mettent en place les mesures qui s’imposent. 

Ahlam Jebbar

Ahlam Jebbar