Mondial 2026.Une candidature dans “les règles du jeu”

 Mondial 2026.Une candidature dans “les règles du jeu”

Le président du comité de candidature du Maroc pour l’organisation de la Coupe du monde 2026 de football


Le budget qui sera consacré à l’organisation de la Coupe du monde 2026 ne demandera  aucun effort financier supplémentaire de l’Etat.


Le président du comité de candidature du Maroc pour l’organisation de la Coupe du monde 2026 de football, Moulay Hafid Elalamy, a assuré  le 17 mars à Casablanca, au cours d’une conférence de presse, trois jours après la présentation du dossier technique devant la FIFA à Zurich, que le Royaume est « un pays qui respecte les règles du jeu » et qu’il mènera sa campagne « dans les règles de l’art ».


Sur les exigences du dossier de candidature, le président du comité a expliqué qu’il ne s’agira pas de tordre le cou à la stratégie de développement économique et social défini par les pouvoirs publics, mais il est plutôt question d’adapter les conditions de la FIFA aux orientations nationales.


Concernant le budget qui sera consacré à l’organisation, ce dernier ne demandera « aucun effort » financier supplémentaire de l’Etat, puisque la réalisation des chantiers non programmés ne représentera que 4% des crédits d’investissement public annuels d’ici à 2026, soit quelque 2,5 milliards de dirhams. L’enveloppe globale requise pour l’organisation du Mondial va s’élever à 15,8 milliards de dollars, dont 3,2 seront injectés par le secteur privé. M. Elalamy a mis l’accent sur les acquis qui seront concrétisés en termes d’infrastructures, d’emploi et de dynamique globale, si le Maroc viendrait à être désigné.


Un levier pour le développement économique et social


Il s’agit, entre autres, de la construction de 21 hôpitaux aux normes internationales et 130 sites d’entraînement, ainsi que la création de 110 mille emplois annuellement à partir de la date de désignation. S’agissant des stades devant abriter les matches du Mondial, le Maroc a formulé quatorze propositions à la FIFA qui n’en retiendra que 12 au final. Les stades se répartissent en trois catégories. Les stades à rénover ou à agrandir sont au nombre de 5 et se trouvent à Marrakech, Agadir, Fès, Tanger et Rabat. La deuxième catégorie concerne la construction de quatre nouveaux stades : deux à Casablanca, Oujda et Tétouan. Enfin, le Maroc a proposé 5 stades modulaires qui seront bâtis à Ouarzazate, Meknès, El Jadida, Nador et Marrakech II.


Ces enceintes ultra-modernes, à l’architecture raffinée, sont conformes aux exigences de la FIFA et laisseront un héritage fort adapté aux besoins et spécificités de chaque ville. Le concept de stade modulaire, proposé pour certaines enceintes sportives, permettra notamment de créer des espaces de vie post-Coupe du monde afin d’en faire bénéficier l’ensemble des populations.


Le choix des villes, toutes situées à moins de 550 kilomètres de Casablanca et idéalement connectées en termes de transport, offrira les meilleures conditions aux joueurs et aux supporters. Il permettra également de limiter l’impact carbone, inférieur aux Coupes du monde précédentes avec un nombre d’équipes plus important.


Mohamed El Hamraoui 

Mohamed El Hamraoui