Médias : toujours plus d’inégalités femmes-hommes

 Médias : toujours plus d’inégalités femmes-hommes

Magali Cohen / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Moins bien payées, plus précaires, minoritaires dans les postes à responsabilités : les inégalités persistent pour les femmes dans les médias.

 

Ce constat concerne tous les métiers de la presse, de l’audiovisuel ou du cinéma. C’est ce qui ressort d’une étude publiée aujourd’hui et menée par Audiens, groupe de protection sociale des médias et de la culture et l’Association pour les femmes dans les médias. Cette enquête porte ainsi sur près de 290 000 emplois, sur une période de 2010 à 2021.

 

>> A lire aussi : La Chance, pour les étudiants boursiers futurs journalistes

Plus précaires

Premier constat : si le salaire moyen par femme a augmenté plus rapidement que celui des hommes depuis 2010, elles « demeurent globalement moins rémunérées », celles-ci représentant 44,1% des effectifs mais seulement 41% de la masse salariale.

Les femmes sont également plus exposées à la précarité de l’emploi car majoritaires parmi les titulaires de contrats à durée déterminée (51,8% des CDD) et plus souvent embauchées à temps partiel que les hommes (18% contre 10%). Elles demeurent aussi minoritaires parmi les salariés en contrat à durée indéterminée (46,7%).

 

>> A lire aussi : Photographes de guerre… aussi une affaire de femme

Moins de réalisatrices de fiction

Grimper les échelons hiérarchiques n’est pas devenu plus aisé: 23,1% des chefs d’entreprise du secteur sont des femmes, ce chiffre monte à 39,5% dans la télédiffusion. Elles sont surreprésentées chez les employés administratifs (64,3% des postes).

Dans la production audiovisuelle, si les constats en matière de parité sont similaires à l’ensemble du secteur, l’étude souligne le manque de femmes à la réalisation de fictions. Elles représentaient ainsi 23% de l’ensemble des réalisateurs de fiction ayant été actifs entre 2016 et 2020, selon des données du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). En revanche, sur cette même période, seulement 12% des heures de fiction ont été strictement réalisées par des femmes.

 

Chloé Juhel