14 juillet, jour de la prise des centres de rétention ?

 14 juillet, jour de la prise des centres de rétention ?

Illustration – Marche “solidaire” en faveur des migrants à Calais le 7 juillet 2018. DENIS CHARLET / AFP


14 juillet, jour de fête nationale, des marches seront organisées dans plusieurs villes de France pour que les migrants soient « libérés » des centres de rétention.


Initiative basque


« Pourquoi faisons-nous aux autres ce que nous ne voudrions pas qu'on nous fasse à nous ? Les migrant-e-s ont le droit à des maisons, pas à des prisons ! », c’est ce que déclaraient l'association altermondialiste basque Bizi et Cédric Herrou lors du lancement de la campagne « Eux c’est nous ». Cette campagne de solidarité avec les migrants a eu pour acte fondateur, la marche de 80 volontaires vers le Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye avec pour objectif de prendre la place de ces derniers. Cette action a depuis été dupliquée dans d’autres villes en France.


En marche


Plus de 1000 personnes à Bayonne, un cortège près de Lyon, depuis la marche basque, des citoyens se ralliant à l’action « Eux c’est nous », se rassemblent devant les CRA avec le même objectif : « protester contre la politique d'enfermement des personnes innocentes et manifester notre solidarité avec les personnes migrantes ». Samedi (14 juillet), jour de fête nationale, une marche partira du ministère de l’Intérieur pour le CRA de Vincennes.


Message aux parlementaires


Ces différentes marches qui auront lieu le 14 juillet, c’est surtout un message délivré au gouvernement. Un des enjeux est le retrait du projet de « loi asile et immigration », actuellement réexaminé à l’Assemblée nationale. « Allons-nous dresser des murs, construire des prisons pour innocents et accentuer encore la répression et la criminalisation des personnes migrantes comme le prévoit le projet de loi asile-immigration ? », une question à laquelle la réponse du gouvernement sera le contenu du projet de loi.


Si un retrait de ce projet de loi ou une fermeture des CRA paraissent improbables, les manifestations répétées de solidarité envers les migrants ne cessent de se multiplier. Et ce sera encore le cas en ce 14 juillet.


Charly Célinain

Charly Celinain

Charly Celinain