Mon premier jour en France – L’écrivain Mehdi Charef raconte

 Mon premier jour en France – L’écrivain Mehdi Charef raconte

L’écrivain algérien raconte son premier jour en France

Né en Algérie, l’écrivain et réalisateur Mehdi Charef raconte son premier jour en France. Il avait 10 ans…”La Première cité qu’on traverse,  c’était une HLM, je me voyais déjà au troisième étage, dans ma chambre.” Mais non. Il a traversé plusieurs cités avec sa famille, jusqu’à ce qu’il commence à  sentir la boue. Il voit “une cité fantôme”. C’était novembre, il faisait gris. Son père est rentré dans une baraque.

C’était un bidonville et c’était là. C’était novembre 1962. “Novembre pour moi, tous les ans, est un mois difficile. Le ciel était gris juste au dessus de ma tête. J’avais l’impression qu’il avait duré six mois”.

<< Lire aussi :« Nanterre, du bidonville à la cité », un livre sur la ségrégation de l’espace

“Moi qui étais né au soleil, qui me baignais dans les rivières de la montagne. J’étais le prince dans ma montagne, je me suis retrouvé dans ce bidonville”, regrette-t-il.

<<Lire aussi : Faure (PS) : Loi immigration “scandaleuse et inconséquente”

“Je ne pouvais pas pleurer non plus, ça aurait fait de la peine à mon père.”

https://www.histoire-immigration.fr/art-et-culture/le-prix-litteraire-de-la-porte-doree/mehdi-charef-laureat-du-prix-litteraire-de-la

 

Mishka Gharbi