Hommage : Merci Rachid Taha

 Hommage : Merci Rachid Taha

crédit photo : Attila Kisbenedek/AFP


Rachid Taha nous a quittés dans la nuit du 11 septembre, à l’aube de la soixantaine. Celui qui chantait en 1993 Ya Rayah, l’exilé dont il chroniquait le retour inexorable au pays, a depuis été inhumé en Algérie, qu’il avait quittée à l’âge de 10 ans. A l’heure des hommages, de nombreux journalistes en France et dans le monde ont salué la mémoire de ce chantre du rock fusion. En revanche, les recensions évoquent assez peu son engagement militant dans le sillage des associations de quartiers dès le milieu des années 1970.


 


Son cheminement artistique se fait alors en parallèle des mobilisations portées par les enfants de l’immigration maghrébine, comme le Jalb (Jeunes arabes de Lyon de banlieue), qu’il rencontre alors qu’il est encore ouvrier à l’usine. Avec son groupe Carte de séjour, dont le nom interpelle déjà de manière subversive, il est de tous les concerts engagés. Ancré dans ces combats portés par la jeunesse immigrée, Rachid Taha a été à l’avant-garde de la création métissée, ­témoignant de l’enracinement des populations immigrées.


 


Artiste et militant


 


Le chanteur à la voix rocailleuse rencontre ses premiers succès d’estime au début des années 1980. A cette époque, la crise économique fait le lit de l’extrême droite, qui connaît en 1983 ses premières victoires électorales. Cela n’empêche pas l’arrivée triomphale de la Marche pour l’égalité et contre le racisme la même année, signant l’entrée dans la sphère médiatique de ceux que l’on appelle désormais les “beurs”. Rachid Taha profite de cette ouverture pour se faire remarquer, notamment à la télé. Il évoque tour à tour le racisme dans Ramsa, les mariages forcés dans Zoubida, mais c’est avec Douce France, sa reprise d’une chanson de Charles ­Trénet, en 1986, qu’il installe sa légitimité.


 


A partir des années 1990, l’artiste prend le pas sur le militant. Si nous ne devions retenir qu’un seul morceau de son répertoire, ce serait Ya Rayah : cet immense succès international (la chanson fut traduite en 68 langues !) a, en France, réconcilié les enfants de l’immigration avec le patrimoine culturel de leurs parents. Ils lui en seront éternellement r­econnaissants.

La redaction