Nathalie Arthaud tente de séduire l’électorat immigré avec sa « préférence de classe »

 Nathalie Arthaud tente de séduire l’électorat immigré avec sa « préférence de classe »

La candidate d’extrême gauche Nathalie Arthaud prend le contrepied du discours de l’extrême droite sur la préférence nationale

La candidate d’extrême gauche Nathalie Arthaud prend le contrepied du discours de l’extrême droite sur la préférence nationale. Elle préfère lui opposer « préférence de classe ». Une reconnaissance envers les « femmes et hommes forcés d’émigrer » qui viennent grossir les rangs du prolétariat.

La candidate de Lutte ouvrière à la présidentielle Nathalie Arthaud a brocardé samedi en meeting la « préférence nationale » de Marine Le Pen et Eric Zemmour. Ce « n’est pas le fait d’être considérés comme de bons Français qui permettra aux électeurs lepénistes de trouver un meilleur travail. Ce n’est pas avoir un prénom sonnant comme il faut aux oreilles de Zemmour qui les empêchera d’être méprisés et exploités. (…) Que les immigrés aient moins de droits ne leur en rajoutera pas », a tonné Nathalie Arthaud devant les 1 500 militants à la Mutualité de Paris.

Lire aussi >> Zemmour vs Le Pen : un fauteuil pour deux à l’extrême droite

« Dans cette campagne, les xénophobes mettent en avant la préférence nationale. Soyons nombreux à leur répondre “oui à la préférence de classe, le camp des travailleurs d’abord” », a-t-elle insisté. Les candidats « Le Pen et Zemmour s’affrontent comme deux coqs dans un poulailler. Ce sont les Dupont et Dupond de l’extrême droite », a-t-elle ironisé.

 

« Bienvenue aux femmes et hommes forcés d’émigrer »

Pour convaincre son électorat de prédilection, l’enseignante d’économie a pris des exemples dans les programmes économiques des deux candidats. Elle en conclut que « l’extrême droite a toujours roulé pour le grand patronat ». Selon elle, « tous les politiciens anti-immigrés sont avant tout anti-ouvriers ».

Elle s’est exclamée : « Bienvenue aux femmes et hommes forcés d’émigrer ! (…) La plupart s’intégreront au monde du travail, dans notre camp, travailleront dans les Ehpad, seront manutentionnaires à Amazon et deviendront nos sœurs et frères de combat ».

 

SMIC à 2 000 euros nets

Outre la droite, la candidate s’en prend aussi aux autres candidats de gauche. Notamment la « gauche de gouvernement, qui doit nous conforter dans le communisme révolutionnaire ». Nathalie Arthaud n’a pas non plus épargné Jean-Luc Mélenchon. Ses propositions en font selon elle un candidat « très responsable vis-à-vis de la bourgeoisie ». Il ne souhaiterait en effet que « raboter un peu aux grandes fortunes pour redistribuer des miettes ».

Par exemple, « un SMIC à 1 400 (euros) nets, c’est très loin de ce qu’il faut pour sortir de la galère », a-t-elle affirmé. Elle propose pour sa part 2 000 euros nets par mois.

La candidate de Force ouvrière pointe entre 0 % et 1 % des intentions de vote dans les sondages. Elle avait obtenu 0,6 % en 2017 et 0,7 % en 2012.

Mohamed C.