Algérie. Belkhadem sur une corde raide

 Algérie. Belkhadem sur une corde raide

Abdelaziz Belkhadem fait circuler dans le parti une motion de soutien demandant son maintien à la tête du FLN. Photo Farouk Batiche / AFP.


La victoire écrasante réalisée par le Front de libération nationale (FLN) aux législatives du 10 mai dernier, en raflant 208 sièges sur 462, n’a pas été d’un grand secours au secrétaire général, Abdelaziz Belkhadem, qui faisait déjà face à une fronde au sein du Comité central.




 


Lors de la session ordinaire de cette instance, les 15 et 16 juin prochains, Belkhadem jouera gros. Et pour cause, c’est à l’occasion de cette importante réunion que se décidera son avenir à la tête du FLN.


Depuis quelques jours, l’actuel secrétaire général fait flèche de tout bois pour sauver son trône. Sans scrupule aucun, il est revenu sur sa promesse d’organiser des élections lors de la réunion de la mi-juin pour décider de son maintien ou non à la tête du parti.


Pour couper l’herbe sous les pieds de ses adversaires, il a redoublé d’efforts, ces derniers temps, envers les membres du Comité central pour les gagner à sa cause. En parallèle, il fait circuler dans le parti une motion de soutien demandant son maintien à la tête du FLN.


Et pour leur porter l’estocade, Belkhadem compte appeler en renfort les nouveaux députés du parti qui lui doivent leur entrée au Parlement, pour prendre part à la session du Comité central de la mi-juin au mépris des règlements du parti.


 


« Eviter l’irréparable »


Ses opposants au sein du parti se laisseront-ils faire ? Peu sûr. Craignant des débordements, Boudjemaa Hichour, membre du comité central et ancien ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, tire la sonnette d’alarme et, dans une déclaration au site TSA, demande à Belkhadem de démissionner pour éviter l’irréparable.


« La situation est grave. L’entêtement de Belkhadem à rester à la tête du FLN pourrait provoquer des affrontements entre ses partisans et ses adversaires », prévient-il avant de poursuivre : « Le jour de la réunion du CC, chaque camp présentera une liste de soutiens et ça sera très difficile à gérer ».


Mais il s’est montré très optimiste quant aux chances des adversaires de l’actuel secrétaire général du FLN de sortir victorieux de l’épreuve du 15 et 16 juin prochains. « Nous avons atteint le quorum nécessaire pour destituer Belkhadem lors de la session ordinaire du Comité central », s’est-il réjoui.


 


La fin du règne Belkhadem ?


Un autre poids lourd du parti, Abdelkrim Abada, Coordinateur national des réformateurs, a annoncé, dimanche 3 juin à partir de Mila, dans l’est du pays, que le règne de Belkhadem  touche à sa fin.


« Le 15 juin, nous fêterons son départ par la voix des urnes. Nous avons à nos côtés la moitié des membres du Comité central. Aussi, le 15 juin prochain, à l’occasion de la tenue de la session extraordinaire du CC, ce sera la fin de la dérive de notre parti », a-t-il soutenu. 


Au vrai, la bataille pour le contrôle du FLN s’inscrit en droite ligne de la guerre de succession à Bouteflika. Les adversaires de Belkhadem veulent faire avorter l’ambition présidentielle de ce dernier. Arriveront-ils à leurs fins ? Fort probable.


Yacine Ouchikh

Yacine Ouchikh