Algérie. Le FFS s’enfonce dans la crise

 Algérie. Le FFS s’enfonce dans la crise

Ali Laskri


Nouveau rebondissement dans la crise qui secoue le plus vieux parti algérien d’opposition, le Front des forces socialistes (FFS), depuis sa participation aux dernières législatives. Ali Laskri, premier secrétaire du parti, vient de mettre à exécution l’injonction de son président, Hocine Ait Ahmed, en exil en Suisse depuis 20 ans, qui lui a demandé, dans une lettre, de prendre des sanctions exemplaires contre les « fauteurs de trouble » au sein du parti. 




 


Les « 5 fautes » de Karim Tabbou


Ali Laskri a en effet pris mercredi une mesure conservatoire de suspension de toute activité au sein et au nom du parti à l’encontre de Karim Tabbou, membre du Conseil national, député et ancien premier secrétaire. « Cette décision a été prise suite au comportement et aux propos indignes qu’il a tenus publiquement contre le parti et ses instances », lit-on dans un communiqué rendu public par la direction du  FFS.


Celle-ci reproche au jeune et fougueux Karim Tabou de s’être rendu coupable de  pas moins de 5 fautes de 3ème degré : le non-respect des fondements et objectifs, des statuts et chartes du parti ;  le dénigrement du parti, de ses militants et de ses dirigeants par des déclarations publiques et écrites ; le refus volontaire d’exécuter les directives des instances du parti ; la confiscation de documents du parti  et enfin la diffusion de rumeurs, dénigrement des cadres dirigeants.


La direction compte aussi traduire M. Tabbou devant la Commission nationale de médiation et de règlement des conflits pour répondre des griefs retenus contre lui.


 


Fin de mission pour Samir Bouakouir


Autre responsable à subir les foudres de la direction du parti de Hocine Aït Ahmed : Samir Bouakouir, candidat malheureux aux législatives du 10 mai, qui s’est vu signifier une fin de mission comme représentant du FFS à l’étranger.


C’était Ali Laskri qui l’avait nommé à ce poste, le 9 décembre 2001, au lendemain de son intronisation à la tête du parti.


Il faut dire que ces deux responsables se sont distingués ces derniers jours par des sorties publiques fracassantes ont accusant la direction actuelle d’avoir dévié de la ligne originelle du parti.


Yacine Ouchikh




 

Yacine Ouchikh